X

IMPARFAITE

Autre
IMPARFAITE (poème par Stéphane)
11 décembre 2013 at 7 h 23 min 0
C'est peu dire que de vous traiter d'imparfaite
De cette bouche sur ce visage, vous êtes si mal faite.
Il n'y a point de honte à  reconnaître que vous êtes laide
Des fois, votre présence pousserait à  crier "A l'aide".

Faute de Dieu ou absurdité de votre mère?
Coupable de vous avoir choisi le plus hideux des pères
Je l'ai vue votre génitrice, vous n'êtes point sa créature
Parfois trop belle pour mériter telle progéniture.



Cela se voit à  votre bouche, la damnation faite lèvre
On en oublierait même votre tête de lièvre
Quel homme ne renierait pas mère, père, sœur et frère?
Qui, pour vous embrasser, n'embrasserait pas l'enfer?

Et si vos lèvres, de mère héritées, suscitent autant d'espoir,
C'est bien parce que vos formes racontent cette histoire:
- Pour aimer une femme, point besoin d'un visage
La beauté ne suffit pas. Cœur et corps font bon ouvrage -
CONTINUE READING ...
Autre
VOUS MONSIEUR (poème par P.A)
11 décembre 2013 at 7 h 05 min 0
Vous Monsieur
Sur votre visage se reflète l'envers du beau
L'œil vitreux d'un accablé de la laideur et de ses maux
Rébus de la géhenne, vous aimer en devient presque inique
Ailleurs...votre charme est autre part que dans votre Physique.



Vous Monsieur
Votre verbe conte fleurette et votre rhétorique est magique
Mais je vous prierai de donner vacances à  vos zygomatiques
Oh non! Ne souriez pas, votre sourire n'est pas plaisant
Bien au contraire, il est somme toutes, très effrayant.

Vous Monsieur
Vous êtes passé maître dans l'art de manier la langue
Propre ou figuré, vous avez su, plus d'une, dompter
Seulement en apprenant à  savoir la faire tourner
Mettre des cœurs en branle grâce à  votre harangue.

Vous Monsieur
Vous êtes la preuve que l'amour est aveugle mais pas que
Il sait aussi voir l'essentiel à  travers les yeux de l'affreux
Explorer le vrai, la tête dans les nuages, les pieds sur terre
Et respirer à  plein nez l'authentique, au delà  des chimères.

Vous Monsieur...
CONTINUE READING ...
Autre
LE BEL* ET LA BàŠTE (poème par Laskazas)
11 décembre 2013 at 6 h 56 min 0
"Est ce possible pour la pure progéniture d'Apollon
De nouer avec celle que l'on surnomme Sogolon**
Une quelconque relation qui serait saine?

La cupidité couve certainement cette flèche de Cupidon.
Comme Harpagon faisant incommensurables dons,
Il y a des amours qui suscitent la gêne."



Voyant dans notre couple, un œil mauvais
Je les entend d'ici, déblatérer, médire,
Certains vont jusqu'à  nous maudire.
Ah les simplets! Si seulement ils savaient...

Sentent-ils ta présence si chaleureuse,
Entendent-ils la douceur de ta voix
Me guider, quand je perd ma voie,
Dans cette vie aux routes sinueuses?

L'amour pousse depuis toutes les graines
N'en déplaise aux cupides incrédules,
La bête a bel et bien dompté le bel*,
Aux désarroi des belles en grande peine.

*bel: raccourci pour bel homme
**Sogolon Kédjou, mère de l'empereur Soundjata Keïta, légendaire pour sa grande laideur
CONTINUE READING ...
Autre
MI-BELLE, NI BELLE (poème par Eugenio)
11 décembre 2013 at 5 h 55 min 1
Dieu qui est grand devrait, parfois
Nous prêter ses grands yeux.
Les nôtres, à  raison, ne verront rien
De beau, derrière l'hideux
Comme nous ne pouvons sonder les cœurs
Ni refréner ce tic
Devant l'invite à  sourire d'une belle hémiplégique.



Dieu qui est grand, n'est-Il pourtant pas
Un brin paresseux ?
Lui qui ne vous fît qu'un beau sein
Dru au lieu de deux
Faussant d'un parfait coup de maître
Une callipyge statue
Imparfaite qu'à  moitié mais du populeux canon, exclue.

Quand l'on a vu avec quelle passion
Troyens et Grecs s'éventrent pour Hélène
On se dit que cela a du bon
Qu'ils vous trouvent si vilaine
Et qu'ils courent mourir cocus et cons
Pour une quelconque sirène.

Soyez borgne ou grosse à  volonté
Tant que vous souriez jusqu'aux oreilles
Je serai attentif à  votre surdi-mutité
Et j'épellerai chaque décibel
Pour vous si belle non pas à  moitié
Mais bien en entier naturelle.
CONTINUE READING ...