X
Non classé
Une côte en trop (Poème de P.A)
25 janvier 2023 5

Derrière des fous rires, des sourires
Sans le meilleur et pour le pire
Qui se nourrit de la vive douleur
D'être ici et te savoir ailleurs

Votre amour chaque jour s'étoilait
Notre amour chaque jour s'étiolait
A manger aux restes de sa tables
Reine déchue, seule, vulnérable

D'Adam on a pris une côte en trop
Tout en toi sonne désormais faux
Notre union pousse son dernier soupir
Et en silence, se resigne enfin à mourir

CONTINUE READING ...
Non classé
Illumination (Poème de Laskazas)
25 janvier 2023 0

C'est la même routine depuis bientôt deux ans,
Les mêmes dossiers, les mêmes missions, les mêmes gens.
C'est presque une corvée de se lever tôt, le matin,
Pour aller, metro-meeting zoom-dodo, menu fretin.

Faire passer le temps et devenu ma spécialité,
Zombie, scrollant Instagram, YouTube, Facebook,
Bientôt peut-être passant sur le nouveau venu Tik-Tok,
Ou encore perdu, rêvant de la beauté du passé.

Viens donc le soir, quand le soleil peint l'horizon en jaune orangé,
L'heure de ranger ordinateurs et travail inachevé,
Pour enfin mérité tout le salaire d'une vie.

Je frappe à la porte, impatient d'entendre ses pas, si petits,
Mais aussi bruyants qu'un volcan en éruption,
Son sourire, quand elle se jette dans mes bras, et crie, "PAPA",
Me foudroie de joie, provoque palpitations,
Et sur mon visage, totale et inconditionnelle illumination.

Alors, demain encore, je sortirai tôt le matin…

CONTINUE READING ...
Non classé
Souvenir (poème par Stéphane)
25 janvier 2023 13

J’oublie ce qu’on a été
Le souvenir de notre intimité
Le temps se charge de l’effacer

Le chemin de tes orgasmes
De ton corps et des spasmes
Je tends à l’oublier.

Mes mains qui te saisissaient
Et tes jambes qui m’emprisonnaient
Une image qui veut s’estomper

J’oublie tous ces étés,
Les printemps, surtout les hivers
Mais elle reste indélébile ta beauté

CONTINUE READING ...
Non classé
AGNÈS (Poème par NoOne)
11 janvier 2023 1

Une fois vomis, sans heurt,
Les sentiments larvaires
Pondus dans mon cœur
Par leurs regards pervers

Une fois, libre et soulagée
Du flux alvin de rancoeur
En moi, lentement semées
Par tous ces beaux-parleurs

Une fois rafistolées, les racines
De ma féminité mise en pièces
Par les duplicités masculines
Et retrouvée, ma hardiesse…

Alors seulement s’ouvriront mes oreilles
Et renaitra mon cœur pour accueillir
Ton amour, ta bague couleur vermeille
Et ta promesse d’une vie d’amour sans ire

CONTINUE READING ...
Non classé
Muse (Poème par Stéphane)
11 janvier 2023 50

Je recherche une muse.
Bien formée, bien tordue
Qui maltraitera mes émotions
Qui de ma poésie, a la potion.

Celle qui déclenchera les vers
En orage et mieux en tessons,
Qui m’écorcheront la chair
Profondément, jusqu’au sang,

Alors je teinterai mes pages
De rouge abondant, en surnage
Noyées par la mélancolie
De mots de douleur et de folie.

CONTINUE READING ...
Non classé
Ainsi soit il (poème par P.A)
5 janvier 2023 36

Ainsi soit il
Va pleurer dans les draps d’une autre
Car c’est bien là ton ultime argument
Et comme à ton habitude tu t’y vautres
Je feins de te croire mais je sais que tu mens
Tu le dis souvent, chez moi t’inspire tristesse
Sous ses caresses tu atteins le mont « ivresse »
 
Ainsi soit il
Nos disputes deviennent étouffantes
Tu as besoin d’air, tu appelles cela respirer
Je sais que tu veux plutôt la renifler
Voir ce qu’il y a sous ses jupes bouffantes
Ce qui se cache dans chacune de ses fentes
 
Ainsi soit il
Qu’elle vienne donc partager notre quotidien
Notre train-train et ce qu’il nous reste de pain
Plus que moi elle connait le chemin de ton lit
On verra si elle t’appelle toujours son paradis
Ou si dès le lendemain elle te traitera de maudit

CONTINUE READING ...
Non classé
Invisible très visible (poème par Stéphane)
5 janvier 2023 1

Serait-ce la naïveté qui danse sur ce visage
Qui comme pourrait l’être un paradoxe
Le rend si agréable à voir, tel un paysage,
Pourtant reflet d’une beauté peu orthodoxe.

Serait-ce au lieu de la naïveté, de la candeur
Fraîcheur rafraîchissante, petite lueur
Qui déambule librement près de ses yeux
Puis fait de ce visage, un tableau si précieux.

C’est peut-être cette vue, chancelante
Des yeux plissés, qui font l’effort parfois de voir
Ces mimiques qui se dessinent et qui plantent
Le décor… sans apparat qu’il plaît de revoir.

C’est certainement le sourire, richement ingénu
Chargé de « vrai » ou de je-ne-sais-quoi d’inconnu
Ou c’est un tout, charmant, doux pour le regard
Qui apprécie parfois le rencontrer parfois par hasard.

CONTINUE READING ...
Non classé
La monnaie ! (Poème par Eugenio)
4 janvier 2023 2

La monnaie !

Ou vous serez toisé, ou tchipé ou tazé
-Non, tapé !
Palpé aussi, si rixe venait à éclater
Et par meute fauché, forcé à marcher.

-Mais c’est voler !
Niet ! Tous ont droit de syndiquer,
De rançonner donc, sans se cacher
Sans peur d’être sommé par l’officier,

Qui certes a pour lui le droit par le sifflet
Mais n’a pas le bon lien de parenté.
Les gares sont far-ouest, voilà qui est fait !

Rangez cartes à puces prêts de faux billets,
Quand viendra l’heure de vous encaisser
Ne brandissez rien d’autre que la monnaie !

CONTINUE READING ...
Non classé
Souris (poème par P.A)
28 décembre 2022 12

Souris,
La vie est comédie
Actrice principale ou figurante
Peur et solitude te hantent
Alors que l’histoire se finit
 
Souris
Femme forte ou chose
Portes et lèvres closes
Armée de ta prose
Ou d'une simple pose
 
Souris,
Scarifiée jusqu’à l’âme
Héritage ou Leg d’un drame
Des pleurs de sang et de rage
Jeunes ou d’un certain âge
 
Souris
Entre douleur et douceur
Tout n’est que leurre
L’espoir devient lueur
Sa flamme est en sueur

Souris…

CONTINUE READING ...
Non classé
Les derniers jours (Poème par Stéphane)
28 décembre 2022 3

Les derniers jours
Ceux qui précèdent la mort,
Comme toujours, 
Sont remplis d'amour. 

Le temps s'allonge sous la volonté 
De ne jamais voir la fin arriver
Alors ensemble vous, amants, réécrivez,
Les derniers instants en éternité.

Les attentions s'étendent 
Bien au-delà des habitudes.
Les gestes d'affection se répandent 
Pour retarder la solitude.

Les amants plus aimantés
Ont l'étreinte bien agitée
De leur corps donc, tout se prouver
Bien plus que leur désaccord ne peut éprouver

Pendant les derniers jours…
Ils parlent beaucoup d'avenir 
Conscients de se mentir
Mais mieux vaut s'accrocher 
Plutôt que s'écrouler.

Puis le dernier jour 
Le silence est une forme de ponctuation
De l'un, la colère exprime la déception 
De l'autre, l'apparente passion de toujours 
Eteinte, comme s'il n'y a jamais eu d'amour.

CONTINUE READING ...