X
Autre

SI LOIN DE TOI (par Guy)

22 septembre 2010 1


L’envoûtant parfum que tu exhales me hante;
Privé je suis, du plaisir de l’humecter ;
Dans ce lupanard où tu es reine des amantes,
Où tous ces rustres, de toi viennent se délecter.

Comme mes mains souffrent de ne plus te pétrir,
Comme mes doigts sont desséchés, en toi, de ne plus plonger;
Pour t’étreindre jusqu’à  ce que tu  libères, excitée,
Cet effluve ébène, dont toi seule à  le secret,

Ma langue est triste de ce souvenir insaisissable,
Forçant pour savourer un brin de ce goût ineffable;
Que tu sois naturelle, ou arbore d’affriolants accessoires
Le plaisir de nos embrassades illumine ma mémoire

Et puis, quand venait la fin de nos ébats effarouchés,
Dans ces lieux incongrues, scènes de nos cabrioles endiablés,
Dont le peu d’hygiène justifiait le charme,
Avec délicatesse, tu me portais au royaume de Morphée.

A cette heure, ici, je suis seul, dans le froid;
Pendant que, à  chaque coin de rue, au premier venus tu es là -bas;
Ici, elles s’appliquent toutes à  m’offrir leur charmes;
Mais rien ne peut te remplacer, toi ma cuvette de garba.

0

There is 1 comment

  • Anonyme dit :

    Tres original, congrats ! Mais on voyais venir lol

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.