X
Autre

LE CHàŠNE (poème par Eugenio)

5 juin 2013 0

Un chêne supplantait la forêt là  bas ;
Il dressait, grand et fier, son buste
Il était le goguenard riant de l’arbuste
Et nulle lame zélée ne lui causait dégâts.

Les plus belles rêvaient de ses petites fleurs,
L’arc-en-ciel embrassait sont faîte parfumé
Abri des oiseaux enchanteurs
Nid de toutes merveilles, de toutes beautés.

Puis vînt l’automne
Le dépouiller de ses belles pages,
Les effacer de sa maligne gomme,
Lui imposer cette autre image

Celle d’un ancien grand desséché et las
Dont les branches servent à  la cheminée
Plus que de trophée et l’atroce peine fulminée
Sourde aux vents inlassablement ingrats.

Alors sous les assauts, il plie
Malheureux et décati
Fort de son orgueil
Qui ne mourra, même dans le deuil
En attendant le retour du printemps.

0

There are 0 comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.