X
Autre

PHILIOS ET CUPIDON (poème par Guy)

16 novembre 2011 1

Ils sont de ces cartes tombées en désuétude,
De ces répères inpuissants à  éviter la dérive;
Vers un piège érotique dont l’âme reste captive,
Ces autels de l’amitié dont nous avions la tendre habitude.

Quel fou je fus d’attiser la jalousie des dieux !
Notre alchimie ne pouvait qu’être accouché d’un Philios furieux,
Plus que jamais décidé à  mieux règner par la division;
Te gardant pour lui; et me livrant à  la perfidie de cupidon

M’affublant du rôle de l’immaculé ami à  tes mots perché,
Et de l’immonde amant, dans le secret d’une conscience désespérée ,
D’un jour, être libre de te donner un amour éperdu ;

Car c’est là  la peine perpétuelle pour préserver notre alliance,
Livrer mon cœur à  une errance sans fin au monde du silence
Vu que ce qui n’a pas vécu, ne peut mourir non plus,

0

There is 1 comment

  • Ama N'GUETTA dit :

    Great Great Great!
    Toujours émerveillée quand je le lis!

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.