X
Autre

LA MUSE D’UN AUTRE (poème par Eugenio)

21 septembre 2011 1

À miser sans compter, souvent on perd
Ses repères, son âme au jeu, les larmes aux yeux
On se ruine davantage à  chaque récidive
Sur un coup de dé où sur une amourette hâtive
Qui s’éteint quand s’arrête la roue sur le deux.

À aimer avec retenue, souvent on se perd
Dans notre propre labyrinthe d’attentions avortées
Ces bouts de phrases qui pourraient faire un livre
Écrit pour le feu, comme ce baiser qu’on esquive
Quand le cœur crie à  l’aide derrière nos lèvres serrées.

Mais on peut aimer sans compter et tout perdre.
Quand on a misé avec retenue sur le bon numéro :
L’amour préfère les actes à  la bonne foi des cartes
Prenez gardes à  vos réserves avant de bander votre arc
Ou malheur à  vous si vous touchez la cible trop tôt,

Vos labeurs feront les délices d’une flèche mieux avertie,

0

There is 1 comment

  • Anonyme dit :

    vivement le recueil!

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.