X

témoignage

État d’esprit (par ADEWALE ABDUL-BASIT )
Cote divoire, Personnel, Société
État d’esprit (par ADEWALE ABDUL-BASIT )
2 mai 2018 at 3 h 02 min 0
Mon état d’esprit voguant au rythme du temps qu’il fait Je ne sais pas si je suis heureux, triste ou dans le doute Je ne saurais réellement expliquer ce qui se trame dans mon d’esprit Je laisse le temps faire ce qu’il veut de moi (suite…)
Lire la suite
Au feu (par Kwamey B. )
Actu, Cote divoire, Société
Au feu (par Kwamey B. )
25 avril 2018 at 3 h 32 min 0
Elle se trouvait là, à ce feu... Et rallumait en moi ce feu... Cette flamme de colère amère, Qui se ravivait à chaque fois qu’elle mettait en avant sa galère. Elle se trouvait là tendant les mains, Les deux pieds pourtant bien portants en plus des mains. (suite…)
Lire la suite
Mariage & Compagnie ( par Stéphane K. )
Amour, Personnel, Société
Mariage & Compagnie ( par Stéphane K. )
11 avril 2018 at 3 h 42 min 0
Je ne sais rien du mariage Seulement ce que les mariés en disent Des disputes et silences qui font ravage D’anciens amoureux qui se méprisent. (suite…)
Lire la suite
Tout va bien (par Lamine)
Cote divoire, Personnel, Société, Vie professionnelle
Tout va bien (par Lamine)
14 mars 2018 at 9 h 52 min 0
Trahison, manigances... Couteau en pleins dans la face, Ciseaux dans le dos, sciatique intellectuelle. Circulaire gauche de coups bas, coups de feu ... Uppercut véritable, quelle crime organisé. (suite…)
Lire la suite
M’aimer (par Yole)
Déclaration, Personnel, Religion
M’aimer (par Yole)
14 mars 2018 at 4 h 41 min 0
De la mort Vous m’avez préservé Quand à ma porte elle m’attendait Au moment où je vous ai attendu Vous n’êtes pas venu Et Vous m’avez secouru Quand je ne m’y attendais plus La maladie, la souffrance, ont failli m’emporter Et grâce à Vous, j’ai survécu Et pour tout ceci Je vous remercie Vous glorifie Vous prie Et jamais je ne cesserais de vous dire MERCI.

Si vous vous sentez l'âme d'un poète, partagez avec nous vos poèmes sur desmotsdesimages@gmail.com Et vous serez à l'honneur le Mercredi sur Blog. 27544939_1807300969289702_2737651877071433332_n

Lire la suite
Autre
MELISSA’S DAY (cadeau à une #DMDIFan)
21 mai 2015 at 19 h 57 min 0
Soyons amis à couteaux tirés et à livres ouverts
Car la paix n'est ni au bout du crayon
Ni sur la plume qui a défait le bâillon ,
Amis, le temps d' une trêve, pause anniversaire.

Parce que today is Melissa's day !
Et pour this day, les coups sont ajournés
Les rimes simplifiées, parfumées
Et, de fines couches de chocolat, enrobées.

Pour que leur goût la touche,
Qu'elle le garde en bouche
Un an de plus, peut-être plus,

Amis et de concert pour une fois,
D'une voie, disons lui HBD
Et que vive le Melissa's day !
Lire la suite
Autre
CES MOTS POUR EUD (poème par Leura)
17 mars 2015 at 5 h 54 min 0
Ses maux...
Elle les traînait derrière elle, nombreux;
Mémoire précieuse d'un passé affreux.
Rire, sourire, amuser et rendre heureux,
Voilà le rôle qu'elle se donnait devant eux
Pour voiler un quart de siècle de moments douloureux.

Ses mots...
Elle les avait rencontrés par un heureux hasard
Déstabilisant mais émerveillant la demoiselle profane
Brutale invitation à vivre une vie sans fard
Belles mélodies qui ne pouvaient que la rendre fan.

C'est Eugenio...
Le poète qui le premier l'a touchée,
L'a conduite vers cette belle famille colorée.
Et en ce jour de mars qui lui est dédié,
La groupie du poète voudrait lui souhaiter:
Joyeux Anniversaire, mon EuDy, tant aimé!
Lire la suite
Autre
FAITES ENTRER L’ARTISTE (poème de Eugenio)
4 février 2015 at 6 h 08 min 0
Ses vers, les premiers, vous prennent à la gorge
Ils piquent car ils sont froids des fois, chargés de vie
De non-dits souvent, sombres puis de tous coloris :
Ils resplendissent et du bel art font l’éloge.

Car ils sont vrais pour avoir vécu avant d’être narrés
Souples, drainant du sens via une plume lisible.

Alors oui, l’on peut n’être ni femme ni homme
Faire des textes exquis par tonne,
S’appeler personne

Et signer NoOne chez DMDI.
Bienvenue, l’artiste….
Lire la suite
Autre
A NOS ARTS MANQUÉS (poème par Maxime Petoh)
26 novembre 2014 at 4 h 16 min 0
Note de l'auteur: Toutes choses étant égales par ailleurs, il y a autant de génie chez l’Artiste que chez son admirateur ; lui qui comprend et interprète avec brio en l’absence de l’artiste son œuvre. La justesse de ses interprétations n’a d’égale que l’imagination créatrice de l’Artiste.

Ouvrir un livre, le fermer,
Continuer dans sa tête la lecture.
Admirer une toile, s’en détourner,
Avoir dans un coin de ses yeux, tout le tableau.
Ouvrir à nouveau ce livre et entendre s’arrêter le monde.
Revenir vers le tableau et reconnaître la scène mis en tableau.
Arrêter la lecture : voir le monde ; le lire à travers ces lignes
Beauté du monde ! Immonde description, pessimiste réalité au travers de ce pinceau :
Des vers à moitié vide, de sens à moitié plein.
Lire le monde, interpréter l’auteur : le questionner.

« Que puis-je savoir ? »
Vanité des vanités, tout est vanité. Le monde est beau, d’une beauté éphémère.
Les paroles s’en vont, au gré du temps s’envolent ; faute de s’être faite chaire, se font oublier.
Les écrits restent, emprisonnés de leur peau de calligraphie, en manque de voix ne peuvent crier au premier venu leur sagesse.
Mais leur sagesse, comme toute beauté, périra de lassitude pour n’avoir été reconnue.
Chaque moment en captivité dans un tableau est une ambition de libé-ration de la conscience humaine.

« Que dois-je faire ? »
Ouvrir les yeux, la beauté est dans l’interprétation.
Point d’art beau si l’esprit ne le distingue !
Ouvrir ses sens, captiver la merveille, la dompter.
Point d’art hermétique pour un cœur sensible, pour une conscience fertile

« Que m’est-il permis d’espérer ? »
Rien. Peut-être l’amour des mots sinon rien.
Absolument rien. Sinon chercher premièrement la sagesse des mots, de l’art, la révélation te sera alors donnée par-dessus tout !
Lire la suite
Autre
ÉNIÈME (poème par Stéphane)
24 septembre 2014 at 6 h 20 min 0
Vous êtes belle et bohème. Mais il fait nuit
Votre pas danse à en faire rougir la piste
Et ces hanches, quand elles bougent, font une liste
D'un millier d'hommes en attente mourant d'ennui.

Vous n'êtes pas extraordinaire mais tellement désirable
De cette robe pour vous et moi, fort agréable
D'un geste, que je pourrai, comment dire? soulever?
Pour que tous les deux nous puissions nous... élever?

Élever vers un autre univers rempli de beaux ciels
Tous, de la grande famille des septièmes,
A conjuguer une étreinte en plaisirs pluriels
Et se considérer juste après, comme un énième.
Lire la suite

Ne sois pas méchant. Partage :)