X

Déclaration

Autre, Déclaration
VITE, UN MÉDECIN (poème par NoOne)
17 juin 2015 at 5 h 17 min 0
Toutes ces pensées à l'assaut de mon esprit fragile
N'étaient que mirages devant la réalité d'un sourire
Reçu dans l'obscurité d'un bar mi sombre, mi plein...
Un sourire à redonner vie à un défunt avenir.

Une inconnue m'a souri, et j'ai senti le globe terrestre
Pivoter autour de son axe m'offrant une meilleure vue
Du spectacle naissant à la lisière de ces belles lèvres.
Un spectacle unique emplissant mes veines d'espoir

Tel sourire, m'était-il vraiment destiné? Vraiment?
Quand de beaux mâles, il y avait tout autour?
Que cachait ce sourire? Un appât pour la proie?
Une proie à dépouiller pour ensuite s'en moquer?

Tant de supputations en l'espace d'un instant pourtant réel
Elle était encore là, tellement belle, les yeux dans les miens
Le sourire me déclamant la plus belle poésie jamais dite
Et moi, moche, timide, les mains moites, le cœur emballé...

C'est décidé, j'y vais... Lui dire un mot, un son, un silence
Un, deux, trois pas…Dix, cent, milles battements de cœur
Elle, plus que jamais, radieuse, se levant de son siège…
Moi m'évanouissant de stress... Et cette voix :"Vite, un médecin!"
Lire la suite
Amour, Autre, Déclaration
SON PREMIER POÈME (poème par Stéphane)
13 mai 2015 at 5 h 36 min 0
Elle répétait:
"On ne m'a jamais écrit de poèmes"
Je répondais :
"Votre monde est plein de brutes
Perle de femme à l'état brut
Je vous ai vue et j'ai eu la chute
De votre recueil, le premier poème"

Elle renchérit:
"On ne m'a rien dit d'aussi beau"
Puis je souris
"Je n'ai jamais rien vu d'aussi beau
Votre visage, vous! Vue de face
Vous êtes magnifique, même vue de dos
Délicate perfection remplie de grâce."

Elle rougit...
"..."
En silence, je rugis:
"Vous êtes la seule à émerger
Dans cette foule pleine de reines de beauté
Et moi, je n'ai qu'une envie: m'immerger
En vous, l'océan de votre intimité."
Lire la suite
Amour, Autre, Déclaration
AMANDINE (poème par Stéphane)
6 mai 2015 at 5 h 32 min 2
Ces amandes
De la forme de tes beaux yeux
De tes yeux, si délicieux
Sur lesquels vivent mes baisers
De mâle parfum musc boisé.

Ces amendes
Qui me voleront ma fortune
Troubleront toutes mes lunes
Si je pars mêler ma main
A une autre que ta main.

Cette amante
Qu'elles ne seront jamais
Que tu incarnes, que tu es
Qui perd ma conscience d'homme
Dans la morsure de ta pomme.

Cette aimante
Qui fait de moi le fer
Dont je ne veux me défaire
La femme, le rêve, la parfaite
Ma dame, ma fève qui me fait poète.
Lire la suite
Amour, Autre, Déclaration
ELLE M’A TUÉ (poème par Eugenio)
6 mai 2015 at 5 h 27 min 0
Puis, une femme !
De celles qu'on aime sans jamais se l'expliquer
Par qui les canons, à la chaîne, sont minés :
Une femme bon marché.

Puis, un rire
Et de petites choses, et deux phrases insensées
Que ses lèvres, avec aise, vont surcoter :
Une âme bien née.

Puis, un souffle
Le mien, perdu, haletant, le sien fuyant et fort riant
À mon corps défendant criant, serrant les dents :
Un amoureux niant.

Puis, un coup de feu
Courageux, il me fallait ou lier ou tuer ce cœur imprudent
Le faire à temps, avant de finir encore plus aimant :
Jamais elle ne m'aurait vivant

À moins qu'elle ne me ressuscite…
Lire la suite
Amour, Autre, Déclaration
PAR AMOUR (poème par P.A)
6 mai 2015 at 5 h 24 min 0
Par amour,
Je ferai ces montagnes, vallées
Qu'entre nous rien ne se dresse
Ces autres, toutes je les ferai valets
Elles qui t'aguichent et t'oppressent.

Par amour,
Je veux n'être qu'un avec ta chair
Le conseil que ta nuit portera
Celle qu'on appellera ta paire
La seule que ta caresse bercera.

Mon amour,
Tes lèvres sont ma terre promise et
Tout le reste alors y devient souvenirs
Puis une promesse de plaisirs, d'avenir,
Une messe à l'amour et à la volupté.

Mon amour,
Dans tes bras... j'oublie le temps.
A l'amour nous avons juré fidélité,
Il peut passer, je t'aimerai tout autant
Car mon coeur a emprisonné l'éternité.
Lire la suite
Amour, Autre, Déclaration
EDELWEISS (poème par Laskazas)
6 mai 2015 at 5 h 15 min 0
Lisez, écoutez ces pauvres poètes pipeautant:
Leurs mots sont d’encre, leurs paroles du vent!
A vos oreilles, ils prétendent chanter l’Amour,
En deux jeux de vers, faire chavirer votre Coeur.

Ah les niais! Je les laisse vous conter fleurette.
Les fables qu’ils ressassent depuis belle lurette
Ne feraient pas frémir la plus engourdie des ingénues
Que le premier chagrin aura ramené des nues.

Les pierres précieuses vous laissent de marbre,
Vous n’aimez pas les arbres, vous préférez les tigres.
Vous n’avez pas de caprices, vous êtes princesse,
Pour vous obéir, tout le monde s’empresse…

Je n’ai ni or, ni mots, ni exotiques animaux,
Et l’Amour rend fou, fort, beau, mais surtout sot.
Pour cette St Valentin, si de froid je ne meurs pas,
Vous aurez la seule fleur qui pousse au sommet de l’Himalaya.
Lire la suite
Autre, Déclaration
DESIR ET CONSCIENCE (poème par XY)
8 avril 2015 at 7 h 57 min 0

- Il est là.
- Détends-toi.
- Regarde-le.
- Ne le fais pas.
- Regarde-le.
- C’est toi qui vois...

- Parle-lui.
- … Comme une amie.
- Souris.
- Fuis.
- Effleure-le.

- Ça ne va pas ?

- Juste un peu…
- Ca va !
- Embrasse-le.

- Tu ne peux pas.
- Je t’en prie !...
- … Merci.

- Dégonflée !

- Mariée.
- Il n’est plus là.
- C’est mieux comme ça.
- Il reviendra.
- Pauvre de moi.
Lire la suite
Amour, Autre, Déclaration
DERNIÈRE DISCUSSION (par Stéphane et P.A)
8 avril 2015 at 5 h 15 min 0
Il est si facile de le dire
Encore plus de te l'écrire
Pour toi, pourtant, si difficile à entendre
Et juste dans tes bras me prendre?

  Es-tu donc celui que depuis j'attends
  Ou viens-tu pour mon cœur tourmenter
  Alors éloigne ton pas de moi, c'est assez!
  L'espoir est mort, il y a bien longtemps.

Qui a donc le sang dans ses mains
Je suis mort s'il n'y a plus d'espoir mon amour
Arrêterais-je même de t'aimer un jour?
Toi pour qui mon cœur battra encore demain?
     
  Suffit! vains mots, vaines paroles    
  Pourquoi usez-vous d'hyperboles
  Pour titiller mes sentiments
  La langue mielleuse, le verbe étincelant.

Âme vaillante, Cœur bouillant
Mots nombreux, Sentiments bouillonnant
En ton absence, je rêve de ta présence
En ta présence, j'ai le corps en effervescence.

C'est vous qui parlez de tourments
Pourrais-je vous dire ceux des moments
Que j'ai passé vous aimant
Et vous, -peut-être- en retour me disant?

  Apprenez que la volonté seule guère ne suffit
  Pour aimer et surtout être heureux  
  Quand le cœur aimé est déjà pris
  Par le tourbillon de la vie et ses jeux.

Tourbillon. Vie. Être heureux.    
Cœur. Volonté qui sont trop peu
Des mots par centaines
Qui au fond disent juste que je t'aime.

  Si vous m'aimez alors suivez-moi
  Que soit aussi enchanteur votre geste
  Que l'ont été votre verve et votre verbe
  Et avec un peu de chance, on partagera le même toit.
Lire la suite
Autre, Déclaration, Société
LA FERME (poème par Stéphane)
1 avril 2015 at 5 h 03 min 0
Si elle est une vache, vous devez être le porc
La chair si justement salée que toutes adorent
Et si peu chère que toutes peuvent se l'offrir.

On en oublierait même votre habitat naturel,
Vous pardonnerait cette boue résiduelle
Sur votre bouche quand vous pensez l'ouvrir.

Et qu'entendent-elles quand vous parlez?
Des cochonneries se résumant à "copuler",
Tout en goinfrant leurs oreilles d'obscénités.

Elle est la vache la plus belle des animaux
C'est bien pour cela qu'elle mérite un taureau
Car les porcs, les vulgaires n'ont point cette majesté.
Lire la suite
Autre, Déclaration
SUR LES TRACES DE COLOMB (poème par NoOne)
31 mars 2015 at 4 h 08 min 0
Voguer sur tous les océans d'hésitation
Avec le seul espoir qu'à l'horizon se profile
Un signe, même faiblement perceptible
Que le destin scellera à jamais notre union

Puis m'en aller conquérir cette "Elle" si belle
De sciences, faite; et de rêves, contrefaite
Capitaine sans équipage de mon cœur inerte
Voici une aventure digne d'un prix Nobel

Les contours de sa fine bouche en cœur
Dessinés comme avec un pinceau de maître
Picasso lui-même n'aurait mieux peint cet être
Sans manquer de lui ôter de sa splendeur

Et l'autre, Newton, qu'aurait-il dit, s'il savait
Que la pesanteur sur sa poitrine angélique
Au grand jamais, n'aurait le moindre effet
Tant sa joliesse relève de l'énigme scientifique

Et son corps qui défie les lois de la physique
Et ses sublimes formes devant qui abdiquent
Toutes les lois connues de la mathématique...
Devant cette femme, je me sens Colomb face à l'Amérique
Lire la suite

Ne sois pas méchant. Partage :)