X

témoignage

Autre, Société
NOUS, LES HOMMES (poème par NoOne)
24 septembre 2014 at 5 h 59 min 0
Nous, les hommes, naissons si innocents, si mignons
Pour la fierté de nos pères et l'honneur de nos mères
"C'est un garçon... mon sang... ma vie... mon nom..."
Porteurs d'espoirs, effaçant d'un sourire, une vie amère.

Nous, les hommes, grandissons proches de nos mères
Premiers vrais amours de nos vies. Nous, futurs machos
Jadis attendris par ces caresses éloignant nos chimères
Et nous consolant après nos incessantes erreurs d'ados

Nous, les hommes, vieillissons, nous comblant d'orgueil
Victimes malgré nous de tous nos sentiments refoulés
Mais fiers de nos petites filles que nous gardons à l'œil

Nous, les hommes, savons aimer avec passion, et si fort
Que nous nous dédions exclusivement à nos bien-aimées
Alors pourquoi nous dit-on infidèles et accrocs aux corps?
CONTINUE READING ...
Autre
QUI ES-TU? (poème par NoOne)
17 septembre 2014 at 6 h 07 min 1
De nulle part, tu as soudain surgi
Armé de tes mélancoliques rimes
Enveloppé de ta légère mystique
Et ne souhaitant rien d'autre que
Rester dans l'ombre de tes mots
Dis-moi donc étranger, qui es-tu?

Ta prose résonne en mon âme
Tes silences, eux me désarment
Ton ignorance étreint mes larmes
Ma curiosité, plus encore s'embrase
Mais tu persistes à filer vers le large
Pourquoi donc ce muet vacarme?

Ce silence dans lequel tu te terres
L'authenticité dont tu te désaltères
Cette solitude où toi seul t'enterres
Auront un jour raison de ton mystère
Car l'opacité de ton anonymat déterre
et dévoile à souhait ton âme solitaire.
CONTINUE READING ...
Amour, Autre, Déclaration
PARDON (poème par NoOne)
30 juillet 2014 at 5 h 10 min 0
C’est vrai… J’aurai dû
C’était pourtant prévu
Mais voilà que je n'ai pu
Alors, ici je viens confesser
Mon tort, brulant comme cire.
Quand en moi, résonne un mot :
Pardon

N'y vois rien de louche
Rien que moi, petite mouche
qui de tout le poids de mes regrets
appuie les touches de ce clavier
Pour espérer trouver en toi
Zéro rancœur mais juste ton
Pardon

Un mot, juste un seul, si petit
Ne tenant que par deux voyelles,
Cependant un véritable sésame
Qui assurément m’ouvrira les portes
De ton cœur, aujourd’hui forteresse
Imprenable pour moi, en raison de ma faute
CONTINUE READING ...
Autre
MERCI (poème de Eugenio, P.A et Stéphane)
9 juillet 2014 at 5 h 22 min 0
Tous les mots sont de nous
Tout le beau vient de vous
Nos plumes font une toile écrite
Et vos clics donnent des titres.

Toute l'envie vient de vous
Toute la joie est en nous
Quand arrive chaque mercredi
Pour partager un bout de paradis.

Vous et nous intimes de nos maux,
Vos écrans écrins de nos mots
À travers nos rêves, votre histoire

Ce bout de vécu qui enseigne l'espoir
Au détour d'une rime, d'un vers
Qui fait choir les cœurs et les met à l'envers.


(On ne finira jamais de vous dire MERCI)
CONTINUE READING ...
Autre, Société
LA PERLE (poème par NoOne)
2 juillet 2014 at 5 h 30 min 0
Amour au vent, désir d’antan, cœur battant
Et sans conviction, mais plutôt en tanguant,
Je me suis présenté à elle, l’esprit repentant.
Alors elle m’a reçu…et… je l’ai (re)découverte

Toujours la même… réellement épatant
Bien qu’on le peignait d’un gracieux choquant
Formes idem, magies d’items… tellement excitant
Qu’en sa présence, mon verbiage se faisait vermeille.

Courtisée par plusieurs pour son tempérament
Elle le fut, du moins par des mensonges flagrants
Elle, si ressemblante à elle, autant qu’à un sultan
Source de mes larmes, pour moi elle demeurait verte

Mes yeux dans les siens, et les siens livrés au vent
Je l’ai vue s’habiller de charmes pervers et innocents
Elle, n’a pourtant pas semblé m’apercevoir ; m’ignorant
Jusqu’à ce que mes lèvres esquissent son nom: Abidjan
CONTINUE READING ...
Autre
LA LUMIÈRE, LA VICTOIRE (poème par Zak Le Messager)
18 juin 2014 at 6 h 31 min 1
Sombre désir enfoui dans un coin de mon être
Sombre plaisir refoulé d’une soirée parfaite
Lointaine envie sur un air de zouglou de maitre
Un temps sombre pour un moment paillette

Loin de toi, ces désirs pourtant si loin enfouis
Le corps pleure du vide qui se veut si présent
Juste une accolade, juste un petit moment
Juste le temps de changer un non, en oui.

Lente fumée qui monte sans fin, sans flamme
Braise vivante, sur des doigts qui en redemandent
Ce feu pourtant arrive à s’installer dans une âme
Le temps de détruire, le temps d’une amende

Une simple parole qui résiste à ton esprit
Juste un mot pour masquer une vraie faute
Juste un mensonge pour paraitre pas d’ici
Juste ça pour toi, une ouverture pour une taupe

Le temps de regretter vient et les larmes s’échappent
Les maux enflent de plus en plus et la peine te frappe
Le désir d’échec, l’envie, de rester à terre sans vie
Il faudra se relever afin de pouvoir dominer ses envies

Sombres désirs refoulés, sombres moments d’effroi
Un temps propice pour la lumière, un délice de foi
Il faut revenir encore, il faut se relever sans cesse
Il faut détruire la racine de toutes nos faiblesses

La victoire est déjà acquise
Il faut se lever et luire
CONTINUE READING ...
Amour, Autre
LA SIESTE DE SARAH (poème de Yash)
7 mai 2014 at 6 h 24 min 0
Quand, tout doucement, elle s’endort,
Elle s’entoure d’une tonne de douceur.
Je m’approche, je l’effleure
Et soudain, je l’aime beaucoup plus fort.

Son odeur me caresse
Comme sa présence caresse mon cœur.
Je me laisse bercer par ce bonheur.
Plus rien ne compte. Plus rien ne presse.

Chaque détail de son petit être
La rend encore plus magique.
Un moment féerique,
Qui me fait presque renaître.

Le temps s’arrête
Et j’aimerais que ça continue,
Protéger le petit être,
Sans qui je ne suis plus.

Elle s’endort et c’est moi qu’elle transporte.
Elle me rend fière d’être mère,
Elle me rend fière de son père,
Elle me rend tellement plus forte.

Ma fille, elle est pure et sera brillante !
Je lui dirai qu’elle est un trésor
Et que, chaque fois qu’elle s’endort,
Elle devient encore plus présente.

Des Mots Des Images est en lisse pour le concours du meilleur blog de Côte d'Ivoire
Si vous aimez nos poèmes, -->VOTEZ POUR NOUS<--.
CONTINUE READING ...
Autre
FLEUR ÉBÈNE (poème par Eugenio)
9 avril 2014 at 5 h 24 min 0
S'emmener un, deux jours plus tard
Faire genre "je ne suis pas oublieux,
J'aime juste arriver en retard
Pour ne pas avoir à faire la queue..."

Puis faire le beau avec un discours ringard
Cela m'a plutôt réussi les fois d'avant.
Mais avec cette Fleur-là, je pressens
Comme un fou rire sincère et goguenard.

Un râteau à coup de posts et de tweets
Vu qu'il n'y avait pas "poésie" sur sa wish list
Mais Hammam ou iPhone, cinq peut-être six.

Allez, soyons sage, repassons dans un an
Retrouver ses yeux encore plus souriants
Car cette Fleur-là est faite pour briller encore longtemps...
CONTINUE READING ...
Autre
ENVIE DE VIVRE (poème par Eugenio)
26 mars 2014 at 6 h 09 min 0
L'envie me vient de courir
Nu pied
Dans le sable ou dans l'herbe
Caressé par la rosée
Déchiré par les chiendents,

D'en rire quand même l'herbe
Goûte mon sang
Mes sens, les six, tous au vent
À eux mêmes livrés
Libres d'aller plus loin sans freins.

L'envie me vient de sourire
À une inconnue
Même pas mon genre
Sauf pour un succinct plaisir,
De le lui dire en vers

De mentir car Dimanche arrive
Avec lui le repentir
Répartir,rire, jouir, lire
Un auteur anonyme et pauvre
De sous, comme les sources d'émoi.

L'envie me vient de sortir
De cette coquille à barreaux
Meublée de tabous
Parée de clichés
D'en fuir en minant les murs,

Ne pas siffloter mais chanter
Fort et faux s'il le faut
Faire des choix mauvais
M'entêter ou fièrement bifurquer
Et enfin me décider à oublier

Celles que je n'ai pu aimer à temps.
CONTINUE READING ...
Autre
CE N’ÉTAIT QU’UN RÊVE (poème par Zak Le Messager)
25 septembre 2013 at 6 h 04 min 0
Il est loin ce temps déjà, où,
Je me réveillais avec un sourire,
Et te trouvais assise sur le rebord du lit,
En train de me regarder, ma chou.

Loin ce temps, où le café m'attendait,
Ce temps, où l'eau chaude était prête,
Où la veste repassée me demandait,
Où tous les moments bons pour la fête.

Loin ce temps où mes histoires te faisaient rire,
Où mes journées étaient plus importantes que ta série,
Où les plats changeaient chaque jour dans la marmite,
Ce temps où les voisins et mes amis m'enviaient.

Aujourd'hui tu me demandes de tout deviner,
De savoir lire tes yeux quand tu es triste,
De me rendre compte quand tu as soif,
De me souvenir de toutes nos plus belles dates.

Tu me demandes d'être un magicien,
Mais mon meilleur tour c'est de disparaître,
Mais toi, tu ne veux le reconnaître,
Car c'est ça, que je sais faire de mieux.

Aujourd'hui, pourquoi ne suis je plus surpris,
De venir trouver le plat d'hier, est ce une amende,
Et une sauce ventilée par les morceaux de viande,
Qui sont visibles dans la soupière autre fois mieux garnie.

Le temps est passé depuis notre dernière sortie,
C'est vrai j'ai toujours tout remis à demain,
C'est vrai que Bassam et sa plage, j'ai promis,
Mais, on s'est habitué, c'est notre quotidien.

A quand remonte notre dernier voyage,
Après la lune de miel, le vide a pris les commandes,
Je t'ai laissé avec l'éducation des enfants,
Mes amis étaient de nouveaux plus présents.

...

Ouf, ce n'était qu'un rêve, que de peur,
Vraiment j'en ai eu le cœur tout remué,
Aaahhh tu es encore endormie, mon coeur,
Peut être une mise en garde de mon esprit.

C'est Sur, Tout va Devoir Changer,
C'est décidé, Demain, je te re-draguerez,
Au risque de te perdre, de briser nos rêves,
Juste une Prise de Conscience pour une longue Trêve.
CONTINUE READING ...