X

style

Autre
LE POÉTE AMUSÉ (poème par Stéphane)
3 juin 2015 at 5 h 44 min 0
Quand le vent le plus violent est une brise
La tempête n'est qu'un jour de printemps,
Hirondelles chantant, papillons virevoltant
La chanson du vent est l'hymne de la crise.

Quand le zénith est un clair de lune
L'été est aussi chaud qu'un automne.
Quand mes jours regrettent les infortunes
Qui violent leur quiétude monotone,

Alors ma plume oublie tous ses maux
Et mon papier vomit tout son encre
Au large du fleuve tranquille sans flots
Où ma vie paisible a jeté son ancre.
CONTINUE READING ...
Autre
FEU DE FEMME (poème par Stéphane)
21 mai 2014 at 11 h 38 min 0
C'est bien parce que vous êtes le feu
Que je fonds littéralement sous vos yeux.
Vous savez... vous ferez bouillir un fleuve
Et même, chaufferez les nuages pour qu'il pleuve.

C'est bien parce que vous êtes une toute autre femme
Que ce cœur dans ma poitrine est en flammes
Point ne suis-je pyromane pour seul l'embraser
Mais quel incendie est-ce de vous embrasser?

Redondant, parfois inutile de vous dire
Qu'en mon intérieur, je brûle de désir
Pour vous. Et avant vous, pour cinquante autres

Mais nulle n'égale la moitié du plaisir
Qu'il m'est parfois impossible de décrire
Quand en votre corps, mon âme se vautre.
CONTINUE READING ...
Amour, Autre, Déclaration
SYNÉRÉSE (poème par NoOne)
11 septembre 2013 at 7 h 36 min 0
Elle est née un jour comme les autres ; une soirée d'automne
Sous le regard compatissant de l'astre couleur mascarpone
A l'heure où les grillons, tout haut, sauf en chœur, chantonnent
Ce soir-là , sans prévenir, elle est apparue aussi pure qu'une none

A son allure humide et hésitante, quiconque l'aurait deviné poltronne
Mais elle s'avança et me fit sentir sous sa caresse, mille douceurs d'une tonne
Devant sa transparence, impossible de fermer mon âme, Une véritable dragonne
Voilà  ce qu'elle était, D'apparence fragile, déterminée; et tellement mignonne.

Son charme irrésistible semblait lui venir des mythiques geisha nippones
Elle savait mieux que personne vaincre ma tristesse ; telle une courageuse consonne
attaquée de toutes parts par d'agressives voyelles, C'était une battante ; une lionne
Je ne saurai la décrire autrement ; elle qui semblait pouvoir tout devenir, sauf coch, .

Elle a parcouru les plaines de mon épiderme facial comme un silence qui résonne
Et sa brève existence m'a donné de philosopher sur les regrets qu'on abandonne
Sur ces douleurs qui germent ; en nous plantées par d'innocentes ou méchantes c,
Tel était le destin de ma larme, née pour me dire qu'aussi, pleurent les hoMMes
CONTINUE READING ...
Autre
UNE LIGNE, UN CYGNE, UN SIGNE (poème par Stéphane)
31 juillet 2013 at 6 h 20 min 2
C'est une ligne...
Qui s'étend le long de sa beauté
Que l'on caresse à  l'aide d'un regard médusé,
Une ligne invisible tant elle nous a aveuglés
Proche mais pourtant si éloignée...
Elle est l'image où la grâce fut emprisonnée
Un délice dont on aime s'empoisonner.
C'est un cygne...

C'est un cygne
Qui s'envole, violé de grâce
Atterrit dans les airs, maître de l'espace
Un de ses oiseaux qui vole
Votre cœur, de votre corps le décolle
Vous abandonne sans vie mais vous donne envie
De lever l'oeil au ciel, les lèvres chargés de non-dits
C'est un signe.
CONTINUE READING ...
Autre
L’ANTRE DE TON CORPS (poème par Stéphane)
8 août 2012 at 8 h 30 min 0
Jeune poète, je porte
En mon cœur, son corps
Céleste, qui transporte
L'amour, de vie à  mort.

Alors, prie pour notre sort
à” toi lectrice, mon aimant
Notre idylle est un trésor
Et moi, ton éternel amant.

àŠtre d'une autre sorte
Que la beauté décore
Femme intense et forte
Que mon œil dévore,

Capture moi en tes accords
Enferme une partie de moi
Dans l'entre de ton corps
Que j'en meurs d'émoi.
CONTINUE READING ...
Autre
LE RIMAILLEUR (poème par R.E.B.E.L)
21 novembre 2011 at 14 h 17 min 1
Une rime à  la fois, trois vers dit avec la force de la foi
Pour devenir roi quand d'encre il s'est taché les doigts,
Voilà  comment le cancre devient grand, s'il croit
Que le talent avec l'exercice et le temps s'accroît.

-Mon égo au haut niveau, pas de petits poteaux
Quand je n'écris pas je parle trop ou je fais le beau,
La critique se prend un bleu et flippe en sanglot
Car ma tête enfle plus vite que mon cerveau.

-Molo petit, prend le temps d'écrire sans bruit
-Dégage vieux nase et vient pas péter au paradis
Les gens ici aiment la rage avec laquelle j'écris,
Mon modèle jadis, aujourd'hui, tu es tout pourri .

Mais à  force de glander j'en ai oublié de publier
Et le public, fait de traitres, n'a même pas remarqué,
Lâchons un texte engagé et si cela n'est pas assez,
Si personne ne commente, la page va se tourner.

Sur la rime habile du rimailleur isolent de classe,
L'artiste de génie qui ne devait rien à  la grâce
L'éphéméride qui s'éclipse pour laisser la place
À une plume adulée qui bientôt suivra ses traces...
CONTINUE READING ...
Autre
LUI (poème par Stéphane)
2 novembre 2011 at 14 h 27 min 1
Le fruit d'une nuit,
Mon péché, cet enfant
Un désir envoûtant
Il est ce que je suis.

Mon bien et mon mal
Mes dires et ma pensée,
Le rêve récompensé
De mon coeur royal.

Il est mon âme,
Mes peurs que je clame
L'encre de ma chair,
Le fils de son père.

Moi, mon pareil,
De ma vie, le soleil
L'être que j'aime
Le plus, mon poème.
CONTINUE READING ...
Autre
LE MOT, LA PLUME ET L’IMAGE (poème par P.A)
24 août 2011 at 9 h 19 min 1

Mon mot en ces vers prend son pied
Sur une page
Et fait un pied de nez
A l'image.

Elle avait juré rester sage comme œuvre d'art
Les caresses à  pied d'œuvre, dare dare.
Elle est devenue salasse à  pied levé
à‡a lui fera bien des pieds.

La prochaine fois, sept fois la langue elle tournera
Avant de nous casser les pieds.
Elle redeviendra grande muette
Mais ma plume sera malheureuse,

Au pied de la lettre
Elle viendra pleurer sa dulcinée,
Faire le pied de grue au mot maître
Pour retrouver sa bien aimée.

C'est vrai sans image, la plume sèche sur pied
Et se les prend dans le tapis
Et malgré ses efforts de pied en cap
Sans elle se retrouve six pieds sous terre.
CONTINUE READING ...
Autre
MADONE, MA MAUDITE (poème par Stéphane)
2 février 2011 at 9 h 29 min 3

Vous voici, madone ma bien aimée
Qui mourez dans mes mots.
Merveilleuse, vous m'aviez charmé
Et remué tous mes maux.

Vous! Je vous vomis comme un met
Périmé une fois consommé.
Vous quitterez mon monde sans un mais,
Même si vous en étiez le sommet.

Malheur à  l'amoureux enflammé
Qui aimait à  vous magnifier
Se donnant du mal pour vous acclamer.

Femme à  la flamme à  s'en méfier
Qui cramerait même un cœur inanimé
Vous êtes maudite et bien abimée, ma bien-aimée.

CONTINUE READING ...
Autre
LE RENCARD (par Bambou)
15 septembre 2010 at 0 h 31 min 1
La semaine dernière, nous avons découvert Bambou. Elle revient déjà  cette semaine avec un autre poème riche de ses jeux de mots. Alors, partagez vos textes à  desmotsdesimages@gmail.com


Ce soir, c'est mon soir. 
Lui et moi dans un bar
Mon wonderbra en soutien
Sa carte visa en appoint;
Première minute, première découverte
Deuxième gorgée, deuxième cacahuète
Je hais son faux style
Je cache mes faux cils.
Un mojito, il est rigolo
Deux mojitos, j'enlève le haut.
CONTINUE READING ...