X

PAMPHLET

Autre, Cote divoire
ET ELLE TROUVA DU PÉTROLE (pamphlet par Yanne)
16 mars 2011 at 0 h 05 min 2


Elle est prompte et naïve la jeunesse ivoirienne
Préférant manier l'opprobre plutôt que d'espérer bosser pour la Cotivoirienne ;

Elle préfère à  l'appel du politicard se parer de cagoules,
Là  où elle devrait être en train de convertir des Kilojoules,

Plutôt que de rêver d'enfiler le bleu de chauffe du travailleur
Elle préfère s'enivrer pour nourrir l'actionnaire de l'embouteilleur.

De plus en plus très peu bien formée, elle excelle pourtant dans les méfaits
Matières pour lesquelles les diplômes sont surfaits.

Et Devant la mine déconfite de ses aînés,
Elle pense qu'aux lames bien aiguisées, la coupure n'attend point le nombre des années.

Capable pour ses leaders d'aller aveuglement à  l'abordage
Elle met pourtant dans les tâches domestiques, peu de cœur à  l'ouvrage,

Alors que la logique voudrait que face à  l'imposture politique, elle fasse barrage
Elle préfère en son nom ériger moult barrages
Et alors que on ne le lui a pas demandé, en porter le bagage ;
Même si au moment de récolter les dividendes, elle est incluse dans le grand ménage

On a coutume de dire que Sans la liberté de blâmer il n'est point d'éloge flatteur
Espérons donc que notre jeunesse se ressaisisse, et qu'enfin un jour, elle vise les hauteurs
Car à  force de continuer à  descendre aussi profondément dans la gadoue sans contrôle
Elle va finir par trouver du pétrole.
CONTINUE READING ...
Autre, Cote divoire, Société
UDT, LA DEVISE (poème par Stéphane)
25 novembre 2010 at 11 h 16 min 2
Dans ce pays, nous sommes unis.
Qui dit le contraire, a menti
Assis, autour d'une bière, dans un maquis
A la Rue Princesse ou à  Marcory.

Chez nous, tu vois, il y a la joie.
On se lève, on bouge, on tournoie
Sur un air dont on ne comprend pas les paroles
Mais le rythme endiablé joue bien son rôle.

Douk Saga disait: "Seul le travail paie"
Bien su et bien compris de tous désormais,
Comme la devise de la nation de l'Eléphant,
UDT, Union pour la Danse et le Travaillement.

Merci à  tous ceux qui par leurs commentaires sur mon poème LA DEVISE ont été à  l'origine de cette version
CONTINUE READING ...
Autre, Société
CHELSEA OU MANCHESTER (poème par Guy)
13 octobre 2010 at 2 h 46 min 6
Commentaire de l'auteur: "Tristement inspirée d'une histoire vraie"

Chelsea ou Manchester ? Chelsea ou Manchester,
Ok je l'admets, je ne suis pas terrible en anglais
Mais les BD, ça, ça me connait
Et aucun de ces dessins, de foot, ne parlaient.

Mais c'est la mode ici, à  ce qu'il parait ;
Taffer un max ? perte de temps !
Si tu ne veux pas te crever le popotin inutilement,
Allonges la tune, et tu gagnes en temps.

Parce qu'au final, qu'est ce qui t'attend devant ?
Les caissiers en uniforme sont devenus experts comptables;
La dernière collection sexy, c'est les dessous de table
Et les pots de vin des fonctionnaires trinquent sur les tables

Alors ca va pas faire des vagues, des diplômes jetables;
D'ailleurs, les profs font  d'une pierre plusieurs coups,
Des sciences, de la littérature, bref, des touches à  tout;
Et même de l'anatomie, feminine en travaux dirigés surtout!

Alors pour mon oral, lacher quelques sous,
Bah, on va pas fouetter un chat pour ca ;
Mais ce qui me fait peur derrière tout ca,
C'est la jeunesse inculte et sacrifiée qui au fond rugit déjà ,
CONTINUE READING ...
Autre, Société
J’AI VU (poème par Kanigui)
13 octobre 2010 at 0 h 21 min 4
Nouveau Blogueur qui a des choses à  dire sur le pays dans lequel il vit. Les mots sont simples, leur écho pénétrant. Dites ce que vous pensez en poésie en soumettant vos poèmes à  desmotdesimages@gmail.com

L'élève qui sans vergogne triche,
Le prof qui couche avec ses élèves
Des parents qui de toute façon s'en fichent
Et tous seuls, les enfants s'élèvent.

Le fonctionnaire porté disparu,
Les contribuables désabusés
Cèdent au jeu des corrompus
Sous l'oeil complice des patrons médusés.

Et dans ce pays tous se monnaie.
Tu veux avoir ton permis? Sors les billets.
Tu veux tes papiers? Donnes la monnaie.
Tu veux frauder le fisc? File les billets.

Sous mes yeux, les routes dégarnies.
A mon corps défendant, je passe les feux.
Tous accidentés par un magicien d'Eburnie
Et seul pour pleurer, j'ai mes yeux.

C'est bien là  ce que j'ai vu
Je n'ai pas du tout lu
C'est bien connu, et su
Et de peur, je me suis tû.
CONTINUE READING ...
Autre, Société
LA DEVISE (poème par Stéphane)
13 octobre 2010 at 0 h 21 min 5

Le succès de ce pays repose sur l'agriculture.
Nous avons donc semé les graines de la division,
Pour récolter, chefs et plantons, des sépultures
Moisson abondante de nos tirs à  profusion.

Ainsi, le nouvel ordre s'appelle "anarchie".
On s'en plaint tous, tout en restant avachis
Car, il n'y a qu'à  promener son pas pour le voir,
Ce sont les voitures qui marchent sur le trottoir.

Ici, quand on te dit qu'il faut travailler
On s'attend à  ce que tu agites des billets
Et le brave n'a plus à  se tuer à  la tâche,
Les tacherons sont ministres par la "Kalach".

Union-Discipline-Travail, un idéal mort
Car nous vivons au pays de l'union difficile,
Là , où qui veut travailler est un imbécile,
Celui que la nouvelle république abhorre.

"Difficile"! Tel est le nouveau trait d'union,
Dans notre devise, caractérisant travail et union.
Et en attendant, avec l'état de droit, nos retrouvailles
Au quotidien, notre devise est: Union-Difficile-Travail.
CONTINUE READING ...
Autre, Société
MA DAME D’IVOIRE (poème par Pascal)
13 octobre 2010 at 0 h 20 min 2
Le retour de Pascal, un blogueur assidu, qui donne la parole à  ses mots... qui décrivent une dame d'ivoire. desmotsdesimages@gmail.com pour soumettre vos textes.

Je te regarde, je t'observe, je te vois,
Vieillissante, agonisante et mourante,
Et tu me regardes, tu m'observes, tu me vois,
Sans pour autant combattre cette violente.

Je te vois, je t'observe, je te regarde,
Toute de loque vêtue, toi qui était si élégante,
Et tu me vois, tu m'observes, tu me regardes,
Mais ne sait dire non à  cette fin humiliante.

Je te regarde, je te vois, je t'observe,
Toi qui jadis paraissait, pour tous, si brillante,
Et tu me regardes, tu me vois, tu m'observes,
En justifiant par ton âge cette beauté décadente.

Mais ton mal est bien là , juste dans ta tête,
Si violent que tes artères et lueurs en éclatent,
Et tant que bourreau tu ne te seras faite,
Pour ces mâles heureux tu seras qu'une blatte.

CONTINUE READING ...
Autre, Société
VILLE DE CHIENS (poème par L.)
13 octobre 2010 at 0 h 17 min 6
Des Mots, Des Images, villes de chiens
Il y a comme une précieuse odeur de pisse dans ma ville.
Elle parcoure les ruelles sans aller nulle part,
S'affiche fièrement dans marchés, écoles et gares
Sans attirer plus d'un dégouté regards.

Car la coutume ici est de marquer son territoire
En arrosant un pied d'arbre ou un pan de mur.
Et si vous aimez les rats et la souillure
Soyez le bienvenu chez les chiens de race pure.

Sortez votre queue qu'elle soit molle ou dure,
Vous avez pour vous le droit ,par tacite contrat
De l'exposer là  où l'envie vous prendra.

Respirez donc, car si ma ville ne vous tend qu'un bras
C'est que l'autre supporte comme une béquille
Sa tige qui sur un bâtiment publique frétille.
CONTINUE READING ...