X

COEURS BRISES

Autre
JE NE VEUX PAS MOURIR (poème par Cedric Marshall)
10 novembre 2010 at 0 h 05 min 0

L'averse déchaînée de mes larmes
Avait soufflé ce fichu matin où
Tu t'en allas dans les bras du silence...
J'ai pleuré
Et je te pleure encore,
Reviens-moi.
J'ai crié ton nom dans le noir,
Reviens-moi...

L'oscillation galante entre hauteurs
Et tréfonds du temps
Rime sans quelque harmonie que ce soit
Avec mes espérances sceptiques...
Je marche sur mes rêves
Et le temps m'échappe toujours,
J'ai peur des marches qui mènent
A ce soleil qui me brûle...

Mes yeux brillent dans l'ombre,
Ils brillent avec l'assentiment de mes douleurs...
Vois mes larmes qui s'étendent
Sur mon coeur et aie pitié.
Reviens, n'attends pas que ma sentence
Soit prononcée.
Je ne veux pas mourir d'amour...
Lire la suite
Autre, Déception
SYMPTOMES (par Stéphane)
8 septembre 2010 at 0 h 14 min 2
Coeurs brisés sur Des Mots, Des Images
Mes yeux ne brillent plus quand je la regarde
Et chacun de mes mots la met sur ses gardes.
Nos échanges sont parsemés de disputes,
De mots blessants frôlant les insultes.
Je ne vois plus dans ses yeux cette flamme
Qui me poussait à lui donner toute mon âme.
Elle se perd, la passion des premiers jours
Celle qui vous redonne foi en l'amour.

Nos instants ensemble regorgent de silences
Et tous nos mots d'amour ont pris des vacances.
Nous semblons être, aujourd'hui, des étrangers
Et comme un vieux livre, notre histoire est rangée
Dans l'armoire de nos coeurs qui ont perdu la vie,
Quand tout espoir de resurrection leur a été ravi.

Nos rires sont jaunes et notre humour sarcastique,
Nos regards distants et nos présences dramatiques.
Les baisers ont perdu leur extatique saveur,
Ce goût unique né de la fusion de nos coeurs.
Nos ébats ont perdu toute leur intensité
Le rythme a laissé sa place à la morosité.
Et mon coeur ne bat plus la chamade à sa vue,
Et son amour, pour moi, semble s'être perdu.
Voilà que cette relation n'est plus si spéciale,
La magie s'étant dissipée comme un brouillard matinal,
Tout comme la confiance, envolée comme fumée à l'air
Elle, moi, nous... en avons perdu tous les repères.

Le réveil est brutal mais tout devient limpide
Âme et corps lacérés avec les yeux humides,
Spectateurs impuissants de la fin d'une aventure
Car tels sont les symptômes de la rupture.
Lire la suite
Autre, Déception
DU RIRE AUX LARMES (par Bambou)
8 septembre 2010 at 0 h 13 min 0
Des Mots, Des Images vous présente une nouvelle blogueuse dans un exercice de style fort touchant. Vous aussi, partagez vos émotions en nous soumettant votre texte: desmotsdesimages@gmail.com


Coeurs brisés sur Des Mots, Des Images
Je pleure de rire ce matin
Je pleure du pire demain
Tu me blagues et je ris aux larmes
Tu me blâmes et je finis en larmes
Je ris aux éclats ce soir
Je ris au delà pour voir
Tu t’amuses et je pleure de rire
Tu es ma muse et j’implore ton rire.

J’ai peur de rire ce matin
J’ai peur du pire demain
Tu me blesses et j’ai une poussière dans l’œil
Tu me baises et tu dépoussières mon cœur
Je vis aux éclats pour voir
Je vis au delà ce soir
Tu me chasses et mes sanglots s’échappent
Tu m’échappes et mes sanglots ne passent
Lire la suite
Autre, Déception
LA PRINCESSE DE GLACE (par Guy)
8 septembre 2010 at 0 h 12 min 0

Il a fait chaud ; maintenant j’ai froid.
Les draps sont humides ; je n’ose penser pourquoi.
Si seulement ils n’avaient été que toiles de nos ébats;
Mais cette rivière qui a tiré sa source aux portes de mon âme,

Me rappelle, que je compris avec effroi
Que l’amour fait mal, quand on le fait pour la dernière fois;
Quand par la porte de mon corps, puis de notre alcôve, tu te retiras;
Qu'ainsi de ma vie tu t’en allais, ad vitam æternam…

Il ne brillera plus, le soleil dans mes yeux
Troquant le grand bleu contre un ciel nuageux
D’où se déchaine une pluie diluvienne
Qui noie mes rêves dans les crues de ma peine…

J’ai découvert que la force de la passion
Se cachait au royaume de l’illusion
Je savais factice, cette union à l’homme d’une autre femme ;
Mais la violence du sentiment me fit baisser les armes

A travers ce paysage de sentiments fugaces ;
Des envoutants jardins de notre jouissance,
Au grand blanc des banquises de ta conscience,
De reine de chaleur, je devins princesse de glace

Mais de tout ca, je ne sais le pire,
Toi parti, ou moi sachant au fond de moi
Que, sur tes pas, tu n’as juste qu’à revenir
Pour qu'à nouveau, je fonde aussitôt dans tes bras.


Lire la suite
Autre, Déception
LE PANTOUFLARD (par L.)
8 septembre 2010 at 0 h 11 min 0
Coeurs Brisés sur Des Mots, Des Images

Je devrais sortir un peu, prendre mon temps
Un parapluie, peut être  un manteau.
La météo dit qu’il va faire beau,
Elle aurait dit cyclone, je n’en serais pas moins prudent
C’est une femme, tout d’elle m’est répugnant.

Cette pie malicieuse entre par l’oreille et les yeux,
Corrompt l’esprit avant de dévorer l’âme sans armes
S’agrippe à la chair, lacère pour faire des joues en larmes
Puis trouve soudainement tout ennuyeux :
C’est pour elle un jeu, qui perd est un gueux.

Je devrais sortir, prendre le risque d’avancer
Trouver un but, le détail qui justifie ma survie
Eviter le dard de cupidon, l’infâme démon-harpie
Pervers immature au buste fièrement arqué
Qui erre dans la rue, maladroit et amusé.

Juste un instant, que j’emporte un chapeau
Mon cœur abimé est en chantier
Prenez un casque si vous tenez à m’accompagner,
Ma foi qui vacille, attend la chute pour bientôt,
C’est une femme et un bien vilain mot.

Lire la suite
Autre, Déception
LA GUERRE DES COEURS (par Laskazas)
8 septembre 2010 at 0 h 10 min 1
Coeurs brisés sur Des Mots, Des Images
La guerre entre deux coeurs amoureux,
Fait rage dans la plaine des sentiments.
L'acte final de cette joute est imminent,
Sous les feux de leurs regards anxieux.

L'un prétend à pourfendre l'âme,
L'autre à causer un torrent de larmes
L'un est armé d'un canon d'injures tranchantes,
L'autre d'un répertoire de paroles blessantes.

Les coups portés sont d'une rare violence!
L'un reproche une infidélité récurrente,
L'autre clame la présomption d'innocence.
Des deux cotés, la désolation est flagrante!

L'orgueil, bien plus que les ressentiments,
Gouverne désormais ces rudes échanges.
L'un regrette les nombreux "Mon ange",
L'autre maudit ses restes de sentiments!

Leur amour a ôté ses oripeaux de laine
Pour arborer ses habits de haine
L'un et l'autre se sont aimés, jadis...
Aujourd'hui, l'un et l'autre se haïssent.
Lire la suite
Autre
CE MERCREDI… SUR DES MOTS, DES IMAGES
6 septembre 2010 at 10 h 29 min 0
La poésie a son point de vue de la vie sur Des Mots, Des Images
Mercredi Spécial Coeurs Brisés sur Des Mots, Des Images
Lire la suite
Autre, Déception
LA TETE EN ARRIERE (par Stéphane)
25 août 2010 at 0 h 44 min 2














Le pavé de la rue reflétait le soleil,
Miroir de cet été, doux et brûlant.
Revoici un jour nouveau qui s'éveille
Doucement, sous le pas des passants.

Ce matin ressemblait à un autre millier
Dans ce restaurant près de chez eux, banal,
Cette table, ces sièges, devenus si familiers
Rendaient pourtant cette atmosphère spéciale.

Leurs chaises parlaient toutes seules de leur âge
Les marques du temps étaient leur témoignage.
Les cœurs liés, gravés au pied de cette table,
Étaient le symbole d'un amour ineffable.

Assis, leurs regards se fuyaient, comme d'habitude.
Être proches, face-à-face, et simuler la solitude.
L'impression de se perdre pour se retrouver
Avec des mots d'amour justement trouvés.

Tout était pareil mais elle était différente,
Car sa volonté était devenue hésitante.
Dans son regard courait la compassion
Et la tristesse, vestiges de leur passion.

Ses mots se dérobaient, fuyant le devoir
Mais longtemps répétés, ils étaient un refrain.
Avec poésie, elle se mît à parler d'un au revoir,
De leur histoire qui n'aura pas de lendemain.

Leur amour, finit-elle, est désormais un souvenir
Doux, intense, de l'espèce qu'on veut retenir.
"Alors, pourquoi?" attendait-elle la question
Mais, interdit, il restait sans réaction.

Le silence du drame s'était bien installé
Dans l'agitation oppressante de l'alentour.
Les battements de sa douleur étaient sourds,
Dans son corps lourd, immobile et affalé.

Elle, le bourreau, voulant briser l'ambiance,
Les yeux sur lui, s'hasarda en demandant:
-"Pourquoi as tu la tête rivée en arrière?"
Mais lui, âme ensanglantée, avec élégance
Donna de la voix à son inertie en répondant
"Parce que je retiens dans mes yeux, une rivière.

Je vous invite à suivre ce lien http://www.youtube.com/watch?v=mhxK2IOywVE pour découvrir "Who's gonna save my soul" de Gnarls Barkley qui a inspiré ce poème.

Lire la suite

Ne sois pas méchant. Partage :)