X
Autre, Déception
LA PRINCESSE DE GLACE (par Guy)
8 septembre 2010 0

Il a fait chaud ; maintenant j'ai froid.
Les draps sont humides ; je n'ose penser pourquoi.
Si seulement ils n'avaient été que toiles de nos ébats;
Mais cette rivière qui a tiré sa source aux portes de mon âme,

Me rappelle, que je compris avec effroi
Que l'amour fait mal, quand on le fait pour la dernière fois;
Quand par la porte de mon corps, puis de notre alcôve, tu te retiras;
Qu'ainsi de ma vie tu t'en allais, ad vitam à¦ternam,

Il ne brillera plus, le soleil dans mes yeux
Troquant le grand bleu contre un ciel nuageux
D'où se déchaine une pluie diluvienne
Qui noie mes rêves dans les crues de ma peine,

J'ai découvert que la force de la passion
Se cachait au royaume de l'illusion
Je savais factice, cette union à  l'homme d'une autre femme ;
Mais la violence du sentiment me fit baisser les armes

A travers ce paysage de sentiments fugaces ;
Des envoutants jardins de notre jouissance,
Au grand blanc des banquises de ta conscience,
De reine de chaleur, je devins princesse de glace

Mais de tout ca, je ne sais le pire,
Toi parti, ou moi sachant au fond de moi
Que, sur tes pas, tu n'as juste qu'à  revenir
Pour qu'à  nouveau, je fonde aussitôt dans tes bras.


CONTINUE READING ...
Autre, Déception
LE PANTOUFLARD (par L.)
8 septembre 2010 0
Coeurs Brisés sur Des Mots, Des Images

Je devrais sortir un peu, prendre mon temps
Un parapluie, peut être  un manteau.
La météo dit qu'il va faire beau,
Elle aurait dit cyclone, je n'en serais pas moins prudent
C'est une femme, tout d'elle m'est répugnant.

Cette pie malicieuse entre par l'oreille et les yeux,
Corrompt l'esprit avant de dévorer l'âme sans armes
S'agrippe à  la chair, lacère pour faire des joues en larmes
Puis trouve soudainement tout ennuyeux :
C'est pour elle un jeu, qui perd est un gueux.

Je devrais sortir, prendre le risque d'avancer
Trouver un but, le détail qui justifie ma survie
Eviter le dard de cupidon, l'infâme démon-harpie
Pervers immature au buste fièrement arqué
Qui erre dans la rue, maladroit et amusé.

Juste un instant, que j'emporte un chapeau
Mon cœur abimé est en chantier
Prenez un casque si vous tenez à  m'accompagner,
Ma foi qui vacille, attend la chute pour bientôt,
C'est une femme et un bien vilain mot.

CONTINUE READING ...
Autre, Déception
LA GUERRE DES COEURS (par Laskazas)
8 septembre 2010 1
Coeurs brisés sur Des Mots, Des Images
La guerre entre deux coeurs amoureux,
Fait rage dans la plaine des sentiments.
L'acte final de cette joute est imminent,
Sous les feux de leurs regards anxieux.

L'un prétend à  pourfendre l'âme,
L'autre à  causer un torrent de larmes
L'un est armé d'un canon d'injures tranchantes,
L'autre d'un répertoire de paroles blessantes.

Les coups portés sont d'une rare violence!
L'un reproche une infidélité récurrente,
L'autre clame la présomption d'innocence.
Des deux cotés, la désolation est flagrante!

L'orgueil, bien plus que les ressentiments,
Gouverne désormais ces rudes échanges.
L'un regrette les nombreux "Mon ange",
L'autre maudit ses restes de sentiments!

Leur amour a ôté ses oripeaux de laine
Pour arborer ses habits de haine
L'un et l'autre se sont aimés, jadis...
Aujourd'hui, l'un et l'autre se haïssent.
CONTINUE READING ...
Autre
CE MERCREDI… SUR DES MOTS, DES IMAGES
6 septembre 2010 0
La poésie a son point de vue de la vie sur Des Mots, Des Images
Mercredi Spécial Coeurs Brisés sur Des Mots, Des Images
CONTINUE READING ...
Amour, Autre
AIMER EN TOUT TEMPS (par Teecya)
1 septembre 2010 2
Un poème particulièrement efficace et vrai de Teecya, une... blogueuse. N'hésitez pas, vous aussi, à  participer à  la vie du blog en envoyant vos textes à : desmotsdesimages@gmail.com

Aimer dans les bons moments, c'est bien.
Aimer dans les mauvais moments, c'est divin.

Aimer dans les bons moments, c'est merveilleux.
Aimer dans les mauvais moments, c'est miraculeux.

Aimer dans les bons moments, c'est aimer avec passion.
Aimer dans les mauvais moments, c'est aimer sans condition.

Aimer dans les bons moments apporte la réjouissance,
Aimer dans les mauvais moments apporte la croissance.

Les bons moments font plaisir
Les mauvais moments font grandir.
Aimons sans dérision et sans division
Dans la joie comme dans la douleur
Car c'est cela l'amour Véritable.
CONTINUE READING ...
Autre, Société
UNE BALLE DANS LA TETE (par Guy)
1 septembre 2010 0

Le sablier, sa course, a interrompu
Comme si, autour, rien n'existait plus
Au fond, dans la lourdeur de cette salle muette,
Git un corps ; une balle dans la tête.

Avec l'arme qu'il tient au poing,
Un sang noir il repandit  le long de son chemin
Mais, à  cette heure, elle semble s'être retournée contre lui
Et lui avoir pris l'avenir qu'elle lui avait promis.

Il n'a su se défendre, lui vaillant pourtant;
Il n'a su comprendre, lui toujours au premier rang
Que frères et sœurs n'avaient pas connu meilleur sort
Alors qu'ils n'avaient ménagé aucun effort.

Il espérait vaincre, le stylo à  la main;
Mais rien dans cette guerre ne lui assurait d'heureux lendemains
Il désespérait tant de ce destin incertain
Et pensait que cette balle dans sa tête y mettrait fin,

Quand, vers les filets, cette balle a été tirée
C'est dans sa tête qu'elle s'est logée;
Et avec elle l'image de la kyrielle de billets,
Que, même dans ses plus fous rêves, il n'oserait penser gagner.

Maculer du papier ne l'interesse donc plus ;
Par ces temps qui courent, ce n'est que  peine perdue ;
Il ne lui reste qu'un unique espoir ;
Cette balle dans sa tête, qui lui ouvrirait les portes de la gloire,
CONTINUE READING ...
Amour, Autre
LE TROU NOIR (par L.)
1 septembre 2010 0

Existe-t-il sentiment plus noble que l'Amour?
Sincère et sans félonies,
Vorace tel le vautour,
Sur une proie à  l'agonie ?

N'est-ce pas cet encens
Qui ravive l'âme aigrie,
De notre vie, définit l'essence
La peignant en rose ou en gris ?

Qui donc m'en voudra
D'Aimer tant de pureté
Tant de beauté ?

Ce charme cru et sauvage,
Cette voix chargée d'une tendre rage
Par quelle alchimie y résiste-t-on ?

Je ne sais,
Et ne veux savoir!
Peu m'importe de mourir ce soir,
Car à  coup sûr je mourais

Pour n'avoir pas su esquiver ce regard,
Ces rires moqueurs et fiers,
Ces lèvres, ces manières
Qui de ma vie ont fait un charmant trou noir.

CONTINUE READING ...
Autre
LA PRÉTENTIEUSE (par Stéphane)
1 septembre 2010 8

Te voilà , toi sur qui s'est porté mon choix,
Ce matin, te sens-tu le pouvoir d'un roi?
Car, bienheureux, qui humecte mon odeur
Et de mes draps, voit la couleur.

Je mérite que l'ange se damne pour moi
Et ne daigne pas, un seul instant, dans ta voix
Donner à  toute contradiction du poids.
Cette nuit, tu en as fait l'aveu dans tes émois.

Va donc, dans le monde, raconter ce que tu as vu
A tous les hommes, décris le plus beau des nus
Et que ta bouche ne trahisse point tes yeux,
Qu'elle me proclame "noble femme dans les cieux";

Car Je suis l'Une, parmi toutes,
L'espèce rare, la divine qui envoute.
L'oeil ne peut s'empêcher de me regarder,
La mémoire n'a de désir que me garder.

Je suis, pour qui a droit à  mes mots
Le seul alphabet qui mérite d'être appris.
Pour qui, or et argent deviennent les maux,
Je suis, le seul être qui n'a pas de prix.

Va donc, mâle insignifiant que j'ai possédé
Au gré de la nuit lorsque je l'ai décidé.
Raconte la peine qu'a dû avoir le Créateur
A l'oeuvre de ce corps d'une parfaite splendeur.
CONTINUE READING ...
Autre, Déception
LA TETE EN ARRIERE (par Stéphane)
25 août 2010 2














Le pavé de la rue reflétait le soleil,
Miroir de cet été, doux et brûlant.
Revoici un jour nouveau qui s'éveille
Doucement, sous le pas des passants.

Ce matin ressemblait à  un autre millier
Dans ce restaurant près de chez eux, banal,
Cette table, ces sièges, devenus si familiers
Rendaient pourtant cette atmosphère spéciale.

Leurs chaises parlaient toutes seules de leur âge
Les marques du temps étaient leur témoignage.
Les cœurs liés, gravés au pied de cette table,
Étaient le symbole d'un amour ineffable.

Assis, leurs regards se fuyaient, comme d'habitude.
àŠtre proches, face-à -face, et simuler la solitude.
L'impression de se perdre pour se retrouver
Avec des mots d'amour justement trouvés.

Tout était pareil mais elle était différente,
Car sa volonté était devenue hésitante.
Dans son regard courait la compassion
Et la tristesse, vestiges de leur passion.

Ses mots se dérobaient, fuyant le devoir
Mais longtemps répétés, ils étaient un refrain.
Avec poésie, elle se mît à  parler d'un au revoir,
De leur histoire qui n'aura pas de lendemain.

Leur amour, finit-elle, est désormais un souvenir
Doux, intense, de l'espèce qu'on veut retenir.
"Alors, pourquoi?" attendait-elle la question
Mais, interdit, il restait sans réaction.

Le silence du drame s'était bien installé
Dans l'agitation oppressante de l'alentour.
Les battements de sa douleur étaient sourds,
Dans son corps lourd, immobile et affalé.

Elle, le bourreau, voulant briser l'ambiance,
Les yeux sur lui, s'hasarda en demandant:
-"Pourquoi as tu la tête rivée en arrière?"
Mais lui, âme ensanglantée, avec élégance
Donna de la voix à  son inertie en répondant
"Parce que je retiens dans mes yeux, une rivière.

Je vous invite à  suivre ce lien http://www.youtube.com/watch?v=mhxK2IOywVE pour découvrir "Who's gonna save my soul" de Gnarls Barkley qui a inspiré ce poème.

CONTINUE READING ...