X
Autre
A TELECHARGER… POUR FACEBOOK
3 novembre 2010 0
















Pour télécharger, clic droit + "Enregistrer l'image sous"
D'autres images sont libres au téléchargement sur le volet de droite
CONTINUE READING ...
Autre
VOTRE NOUVELLE PHOTO DE PROFIL SUR FACEBOOK
3 novembre 2010 0
Faites un pas vers la paix et changez votre photo de profil pour celle-ci.
Pour télécharger, clic droit + "Enregistrer l'image sous"
D'autres images sont libres au téléchargement sur le volet de droite
CONTINUE READING ...
Autre
A TELECHARGER…
3 novembre 2010 0























Pour télécharger, clic droit + "Enregistrer l'image sous"
D'autres images sont libres au téléchargement sur le volet de droite
CONTINUE READING ...
Autre, Cote divoire, Société
LE CITOYEN (poème par L.)
28 octobre 2010 1

Je suis celui qu'on bouscule dans la rue, anonyme
Reflet dans le miroir en quête d'un peu d'estime,
Piéton qu'on éclabousse, chauffard qui klaxonne,
Maudit tout haut tout le monde sans viser personne.

Je porte fièrement le costard comme le tablier,
Mais j'ai peine à  vendre mes délicieuses tomates
A celle qui, contre un sachet, a troqué son panier
Quand son homme a opté pour une autre cravate,

Arguant cette foi, que ce serait décisif et pratique
Pour sortir du gouffre par le tunnel de l'emploi public.
Pour l'heure, je m'active au volant de mon taxi,
J'ai la chance d'avoir un client qui parle peu, qui sourit.

Peut être a-t-il compris comme moi ce matin
Qu'il n'était ni plus ni moins qu'un simple citoyen
Celui qu'on bouscule dans la rue, l'anonyme

Qui prendra d'assaut l'isoloir, ce maquis de l'espoir
Entre les mains le saint écritoire qui rectifie l'histoire
Et d'une croix sur un parchemin rendra justice,

CONTINUE READING ...
Autre, Société
31 POUR TOUS, TOUS POUR L’UNITÉ (poème par Pascal)
28 octobre 2010 2

Cela pourrait n'être qu'un simple mot,
Et même plus que simple, être banalement vain,
Mais nous n'en sommes pas à  nos premiers maux,
Et ne pouvons toujours attendre l'action du saint.

Cela pourrait n'être qu'un simple comportement,
Et même plus que simple, être banalement vain,
Mais trop de sang a coulé depuis ce triste moment,
Où notre terre mère s'est vue déchirée en son sein.

Deux chiffres font contrepoids à  quatre lettres,
Là  où 14 feuillets ont le devoir de nous faire renaître,
Car bien des nôtres sont partis dans ces boîtes en hêtre,
Car bien des nôtres ont inutilement cessé d'être.

Mon cœur est à  l'espoir, et l'espoir est à  la paix
Et même si bon nombre de choses ici se paient
Je nourris en secret l'idée que vivre en paix
N'est en rien pour ma nation un obstacle épais,

CONTINUE READING ...
Autre, Cote divoire
CES URNES… QUI NOUS CASSENT LES BURNES (poème par Tournesol)
28 octobre 2010 3

On y va tout le monde c'est parti!
C'est l'heure de la messe électorale.
On s'active partout dans les quartiers,
Aux adversaires on ne fera pas de quartiers.
On va choisir son parti, avec parti-pris.
Ca y'est; de ces 10 ans on saura la morale.

Promesses, dons, achats de consciences inconscientes,
Chaque camp fourbit ses armes, déploit ses charmes.
Le papier glacé réchauffe leurs hypocrites sourires;
Je les contemple et pendant qu'à  travers eux je me mire.
Je ne me reconnais pas, l'indifférence me tente,
Je ne peux oublier toutes ces larmes.

Je n'ai jamais été amateur de vin,
Le bedonnant ne me tente point.
Les chiffres me donnent le tournis,
Je n'écouterai pas la voix du Nord...Que nenni!
10 années c'est peut être assez,
Atô, il n'est pas temps de te casser?

La confusion me gagne, je trépigne de dépit.
Lequel choisir? la question ne me laisse pas de répit.
Je n'irai point voilà !
A la médiocrité, je ne ferai point de holla.
A tout ça je vais mettre un hola.
Quand même, on est où là ?

Revenu de mes humeurs, ma concience est en émoi.
Et si tous faisaient comme moi,
Face aux urnes, restaient coi,
Inconscients de la responsabilité qui leur échoit.
Je réalise: ce qui compte ce n'est pas le candidat droit
Mais plutôt l'état de droit

Je ne veux pas faire entendre mon silence.
Un petit geste peut faire la différence,
A mon pays donner une chance,
d'entrer à  nouveau dans la danse.
Faire partie du bal des démocratiques,
Celui où le vote est l'ultime critique.

Pour Boka, Aya, Tapé, Mamery,
Eux qui n'auront jamais la vie de Nzueba,
qui se cherchent comme de vrais Woody,
Et n'ont jamais dépassé la Haute Volta,
Eux qui méritent une terre réconciliée,
Gage d'une honnête prospérité.

De me taire je n'ai pas le droit,
Je vais en choisir un, sans avoir le choix.
Je n'ai pas le choix, je dois faire entendre ma voix.
Je dois faire mon devoir,
Et toi...?
A toi de voir!

CONTINUE READING ...
Autre, Cote divoire
PARCE QUE… (poème par Guy)
28 octobre 2010 1

Parce que je suis porteur de vie,
Que de mes entrailles, ton souffle est sorti;
Tes yeux perlés ont cherché dans mon esprit
Et trouvé la paix éternelle que je t'ai promise,

Parce qu'à  chaque âme qui s'éteind,
C'est la grisaille qui sur des vies déteind ;
Je n'ose penser aux stigmates d'un tel chagrin,
Perdre un enfant est une indiscible hantise.

Parce que tu es le présage d'un monde nouveau,
Qu'en toi brûle la destinée d'un héros,
Dont j'ai l'insigne faveur d'être l'aide,
Et l'amener à  offrir au monde ses remèdes ;

Parce que, pour cela, je dois réunir,
Toutes les conditions qui devront t'y conduire;
Et t'inculquer ces précieuses valeurs
Qui feront de toi une personne d'honneur.

Et que tu saches que les plus grandes d'entre elles,
Sont celles qui ont pour limites de la vie humaine le péril
Si donc le bien d'autrui est le sens de notre zèle,
Oter la vie ne serait elle pas action infertile ?

Parce que je suis redevable envers ce monde,
A travers ta mère et tes grands parents ;
A eux je dois le bonheur qui mes âges inonde,
Je ne les remercierai jamais aussi bien qu'en le partageant

Et parce que j'en ai le pouvoir,
Car cela ne dépend que de moi ;
La haine qu'on voudra m'inculquer, quelqu'elle  soit,
Construire ou détruire restera mon choix

Alors, je vote pour la paix,
Pour te donner un avenir parfait ;
Et même si mon candidat perd,
Je fais tous les choix, sauf la guerre,
CONTINUE READING ...
Autre, Cote divoire
UNE PRIÉRE POUR MON PAYS (poème par Guy)
27 octobre 2010 5
Eternel Notre Dieu, Nous avons les yeux vers les cieux De ton Royaume, les lieux Car nous cherchons ta Sainte Face. Vils sommes-nous Seigneur, Pour daigner t'invoquer Mais à  la miséricorde tu prends plaisir Confiants, nous venons à  ton trône de grâce. Si nos yeux , vers toi, se sont levés, C'est que, devant nous, une montagne s'est dressée; Celle du ressentiment des hommes Et des sombres desseins qu'ils forment. Nos frustrations ont eu raison de notre  raison ; Nos cœurs sont endurcis par les félures Nos corps sont meurtris par les blessures Et nos esprits méditent la destruction. Père, nous sommes impuissants, Comment nous soulager de nos peines ? Comment extirper ce cancer de la haine Qui brûle ardemment dans nos veines ? Mais tu ne prends aucun plaisir au sang versé Et tu es sensible aux cris de la mère éplorée ; En ton cœur, pour nous, des plans de vie Une source qui jamais ne tarit. Père, toi qui les circonstances fait et défait Toi pour qui c'est bien élémentaire De faire passer par le trou d'une aiguille un dromadaire Toi dont est un don la Paix, Donne la Paix à  mon pays Donne la Paix à  ma patrie Ne permets pas à  ceux qui veulent nous détruire De voir leurs projets s'accomplir. Mais Seigneur, Touche nos cœurs Panse nos blessures et chasse nos rancoeurs Ne regarde pas à  nos fautes je t'en prie ; Car seule ta grâce nous suffit.
CONTINUE READING ...
Autre, Cote divoire
ABSENCE DE GUERRE (poème par Laskazas)
27 octobre 2010 1

Les armes n'ont hurlé que deux mois,
Assez pour répandre désolation pendant dix ans,
Assez pour qu'on accorde crédit aux médisants,
Assez pour qu'on oublie qu'on est frère, toi et moi.

Ils sont légion, les nôtres aux champs d'honneur,
Tombés, alors qu'ils n'étaient point pour eux l'heure
Le temps aura pansé des blessures certes,
Mais ne nous rendra jamais nos pertes.

Nous devons plus d'une prière pour le repos de ces âmes
Tourmentés, qui n'auront le sommeil éternel
Que lorsque nous, les vivants auront enterré le fiel
Qui nous a fait couler sang comme larmes.

La paix n'est pas l'absence de guerre
Nous en avons fait l'amer expérience dix ans
Il est temps de passer à  autre chose maintenant
Nous avons un pays à  rebâtir, une nation à  refaire.
CONTINUE READING ...
Autre, Cote divoire
PÉRIODE ÉLECTORALE DANS LA PAIX (poème par Edgard Dabah)
27 octobre 2010 0

La paix, un sort qui doit nous être réservé
Réservé je le suis, indécis peut être
Peut être que me révéler serait un danger
Un danger n'arrive que quand on le provoque
On le provoque, il reste calme, il n'a qu'un soucis
Soucis de maintenir la paix en ces moments difficiles
Difficile de choisir, même sans nous
Nous aurons des résultats
Résultats à  éviter pour ne pas être aigri
Aigris, les perdants le seront et se feront sentir
Sentir la paix menacer, je ne voudrais pas
Pas de guerre une fois de plus
Plus nous voterons, plus ils se tairont chez eux
Eux, ils veulent le pouvoir à  tout prix
A tout prix, nous sèmerons la paix par nos voix
Voix du peuple, voix de Dieu
Dieu nous garde pendant cette période électorale.
CONTINUE READING ...