X
Autre
BRIS DE NUIT (par Guy)
29 septembre 2010 4

Ce téléphone qui sonne,
Mon cœur qui détonne
"A tout de suite" ! tu as dit,
"Encore" ! je me suis dit
Cette eau qui te mouille,
Ma vue qui se brouille ;
Cette chic tenue dans laquelle tu jubiles,
Ma soyeuse nuisette, sur moi, désormais inutile
Ces clés qui virevoltent entre tes mains,
Mon programme télé qui, compagnie, me tient
Cette porte du salon que tu franchis,
Mon canapé dans lequel je me blottis ;
Cette voiture qui déchire la nuit,
Ma soirée à tes cotés qui s’enfuit…
Lire la suite
Autre
LE MUST (poème par Incognito)
29 septembre 2010 5

Voici le milieu de la nuit
Moi, mêlé dans un nuage de blanc
Et tout cet alcool qui nuit
A ma lucidité, très gravement!

J'aime vraiment ce verre
Plein et quand même transparent
Le regard qui voit de travers
Grâce à son liquide très inspirant.

Autour, les gestes des pantalons
Sont bien onduleux pour certains,
Car le zoropôtô sollicite les talons,
Et donc, pas besoin d'avoir du latin.

Je me découvre alors danseur
Enchainant des pas que j'ignore
"Pouatate", je me fais peur
Dans une démarche en kpangor!

Mes mots ont un parfum de whisky
Dans la nuit, le breuvage requis.
Et j'ai compris pourquoi "vers"
Rime si bien avec "verre"
Car il a été facile pour ces vers
De s’écrire entre deux verres.
Lire la suite
Autre
SI LOIN DE TOI (par Guy)
22 septembre 2010 1

L’envoûtant parfum que tu exhales me hante;
Privé je suis, du plaisir de l’humecter ;
Dans ce lupanard où tu es reine des amantes,
Où tous ces rustres, de toi viennent se délecter.

Comme mes mains souffrent de ne plus te pétrir…
Comme mes doigts sont desséchés, en toi, de ne plus plonger;
Pour t’étreindre jusqu’à ce que tu  libères, excitée,
Cet effluve ébène, dont toi seule à le secret…

Ma langue est triste de ce souvenir insaisissable,
Forçant pour savourer un brin de ce goût ineffable;
Que tu sois naturelle, ou arbore d’affriolants accessoires
Le plaisir de nos embrassades illumine ma mémoire

Et puis, quand venait la fin de nos ébats effarouchés,
Dans ces lieux incongrues, scènes de nos cabrioles endiablés,
Dont le peu d’hygiène justifiait le charme,
Avec délicatesse, tu me portais au royaume de Morphée.

A cette heure, ici, je suis seul, dans le froid;
Pendant que, à chaque coin de rue, au premier venus tu es là-bas;
Ici, elles s’appliquent toutes à m’offrir leur charmes;
Mais rien ne peut te remplacer, toi ma cuvette de garba.
Lire la suite
Autre, Déclaration
LE BOUT DU TUNNEL (par Laskazas)
22 septembre 2010 2
Des Mots, Des Images

Grâce à toi, j'y suis, au bout du tunnel.
J'avance, guidé par ta lumière éternelle.
Le soleil peut même arrêter de briller,
Ton éclat suffit amplement à m'illuminer.

Le chemin parcouru fut laborieux,
Parsemé de joie comme de peine.
L'attitude ne fut que rarement saine,
Tant l'environnement était luxurieux.

Mais nous en sommes sortis victorieux
Nous voici bien loin de la géhenne,
Des péchés, des tabous et de la haine,
Nés à nouveau pour un avenir glorieux.

D’Amour, je croyais ma vie dépourvue.
Mais la vie est surprise au détour de hasards.
Et s'il est vrai que Jésus redonna vie à Lazare
Tu as rendu cœur à mon corps qui n'en avait plus.
Lire la suite
Amour, Autre
REVERIE >PARTIE 1< (par L.)
22 septembre 2010 0
Des Mots, Des Images
Lecteur, que fais-tu les yeux clos
Le soir couché sur le dos ?
Ne rêves-tu pas de choses frivoles ?

- D’Amour surtout : je l’Aime !
(Ceci est de notre âge,
C’est de notre cœur le problème)

Hier, heure de récré
Je lui tirai un cheveu
Et reçut un soufflet.

C’est bon signe !
Sacré maligne,
Elle m’Aime, j’en suis fier,

Et tout n’est que plus beau ;
Le professeur entre
Je suis au tableau,

Je sais ma leçon
En bon apprenant, je récite
Les points d’ombres, j’explicite

Sous leurs regards ailleurs
A la cantine
Ou entre tes tétines,

Quelle importance poète ?
L’Amour est friandise,
C’est, de nos âmes, la hantise.

La suite... ce mercredi 29 septembre 2010 sur Des Mots, Des Images
Lire la suite
Autre
DANS MES YEUX (par Stéphane)
22 septembre 2010 1
Des mots, Des Images

Dans mes yeux, vois-tu, il y a le soleil
Comme un midi, brûlant son zénith
Eclatant d’une lumière que j’hérite
En mon âme, quand la paix y sommeille.

Dans mes yeux, vois-tu, il y a la lune
Qui a le sourire de son croissant
Quand dans mon cœur, va croissant
Cet amour pour elle, sa seule fortune.

Dans mes yeux, vois-tu, il y a les planètes
Les étoiles, mais aussi la carte du ciel
Car tous mes désirs le constellent.

Dans mes yeux, vois-tu, filent les comètes
Et quand on n’y voit plus briller les astres
C’est que l’intérieur n’est que désastre.


L'oeil d'un homme est une fenêtre par laquelle on voit les pensées qui vont et viennent dans sa tête (Victor Hugo, Claude Gueux)
Lire la suite
Autre, Société
LA LETTRE SANGLANTE (par DIDI L’OV)
22 septembre 2010 3
Découvrez DIDI L'OV... blogueuse. Elle nous partage une histoire bien triste. Vous aussi, partagez votre sensibilité en soumettant vos écrits à desmotsdesimages@gmail.com

C’était un de ces après midi d’été
Au détour d’une rue, je suis tombée sur ce personnage divin
Jamais mon cœur ne s’était autant emballé
Lorsque tes lèvres, la main posée sur la mienne, m’ont demandé
Ce que mon âme elle-même mendiait en mon for intérieur.
Plus qu’une passion, tu m’as fait connaître l’indécence dans toute son innocence
En plein cœur de mon adolescence,
Tu m’as fait connaître cet amour ou se mêle désir charnel et imprudence…

Elle me tomba des mains, et j’ouvris les yeux pour la regarder, une fois encore.
Celle pour laquelle des larmes de sang me sortait des yeux
Celle par laquelle tu m’annonçais ta séropositivité et ton suicide…
Juste un bout de papier, une simple lettre qui changea à tout jamais
Le cours de toute mon existence, me punissant ainsi
D’avoir commis ma toute première expérience d’amour

Je posais alors les mains sur mon ventre
Que lui dirais-je à lui ? Fruit de cet amour criminel…
Innocence sacrifiée, « sacrilège !!! » je m’écriai…
Je refermai les yeux en espérant que la vie me quitte
De toute façon, comment continuer à vivre
En se sachant définitivement condamner à mort.
Lire la suite
Amour, Autre, Déclaration
DITES-LUI (par Pascal)
15 septembre 2010 1
Parce que nous pensons que la poésie peut être inattendue, Des Mots, Des Images est heureux de vous présenter Pascal. Partagez, vous aussi, vos mots avec nous en soumettant votre texte à: desmotsdesimages@gmail.com

Dites le lui, mon dieu dites-lui qu’elle est belle;
Dites-lui combien de fois naissent des étincelles,
Dans le cœur de tous ces hommes si infidèles,
Dès lors qu’elle leur adresse son regard de pucelle.

Mais sait-elle seulement, mon dieu le sait-elle,
Que de mon cœur s’en sont allées toutes glumelles,
De cet amour qui, jadis, m’emplissait la cervelle,
Et faisait de moi son admirateur le plus fidèle.

Dîtes le lui, mon dieu dîtes lui que telle une hirondelle,
De mon cœur, s’en est allée cette passion démentielle;
Que jadis je la chérissais bien plus que mes prunelles,
Mais que repose désormais cet amour à la poubelle.

Peut-être est-ce dû à la manière non conventionnelle,
Dont mon cœur a été sournoisement ouvert à elle,
Ou encore à cette pulsion bien plus qu’irrationnelle,
Qui me poussa, tête la première, vers sa sœur jumelle.

Toujours est-il que désormais, telle une aride parcelle,
Mon cœur, à ses charmes, referma les vervelles.
Mais le sait-elle seulement, mon dieu le sait elle,
Elle qui croit encore que son regard m’ensorcelle.
Lire la suite
Autre
LE RENCARD (par Bambou)
15 septembre 2010 1
La semaine dernière, nous avons découvert Bambou. Elle revient déjà cette semaine avec un autre poème riche de ses jeux de mots. Alors, partagez vos textes à desmotsdesimages@gmail.com


Ce soir, c'est mon soir. 
Lui et moi dans un bar
Mon wonderbra en soutien
Sa carte visa en appoint;
Première minute, première découverte
Deuxième gorgée, deuxième cacahuète
Je hais son faux style
Je cache mes faux cils.
Un mojito, il est rigolo
Deux mojitos, j'enlève le haut.
Lire la suite
Autre, Déception
LA VALSE DES DOUTES (par Greg)
15 septembre 2010 2
Si vous avez déjà été tiraillé par l'amour, vous vous sentirez proche de Greg. La poésie est émotion, partagez vos émotions aussi en soumettant vos textes à desmotsdesimages@gmail.com

L’intelligence recommande à l’amoureux d’oublier sa bien aimée
De tout renier, de faire une croix sur le passé
Cela est si difficile, pour lui qui a tant aimé
Conçu des projets qu’il ne pourra jamais dévoiler.

La sagesse est du même avis.
Elle est impressionnée par tant de fermeté
Et se dit que la décision de la belle a été murie
Et l’amoureux éconduit doit s’y plier.

La patience s’aligne, elle aussi :
«L’espoir de reconquête est vain
Tu te dois de l’éloigner de ton esprit
Et orienter tes forces et ton énergie
Vers tes hobbies et ton gagne-pain»

La grande espérance a baissé les bras.
La belle est droite dans ses bottes !
Tu ferais mieux, dit-elle, d’oublier son Athena
Il y a d’autres auprès de qui tu as meilleure cote.

Ah, mais que l’amour est têtu !
Il refuse de s’effacer et résiste
Il se dit que la flamme n’est pas perdue
Qu’elle peut se rallumer, si l’amoureux insiste

Lui, il est perdu face à toutes ses contradictions,
Son cœur aime mais son esprit a pris une autre décision.

Il ressent comme une brûlure dans son être.
L’absence de la dulcinée est la cause de son mal être.
Dans tous les cas, Cupidon reste le maître.
Lire la suite