X
Amour, Autre, Déclaration

ELLE M’A TUÉ (poème par Eugenio)

6 mai 2015 0

Puis, une femme !
De celles qu’on aime sans jamais se l’expliquer
Par qui les canons, à la chaîne, sont minés :
Une femme bon marché.

Puis, un rire
Et de petites choses, et deux phrases insensées
Que ses lèvres, avec aise, vont surcoter :
Une âme bien née.

Puis, un souffle
Le mien, perdu, haletant, le sien fuyant et fort riant
À mon corps défendant criant, serrant les dents :
Un amoureux niant.

Puis, un coup de feu
Courageux, il me fallait ou lier ou tuer ce cœur imprudent
Le faire à temps, avant de finir encore plus aimant :
Jamais elle ne m’aurait vivant

À moins qu’elle ne me ressuscite…

Partageons
20
0

There are 0 comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Ne sois pas méchant. Partage :)