X
Autre

DES CENDRES (poème par Pascal)

8 juin 2011 0

Si haut qu’on monte on finit toujours par des cendres.
Demande à  mon cœur ce qu’il en est de cette pensée,
Lui qui à  force de te réclamer dans des râles insensés,
N’a eu pour seule issue que d’être réduit en cendres.

Si haut qu’on monte on finit toujours par descendre,
Et ce petit nuage jadis si beau mais désormais si laid,
Sur lequel s’était réfugié mon cœur tel dans un palais,
Sombre aujourd’hui à  mille lieux plus bas que les sandres.

Si haut qu’on monte on finit toujours par des cendres ;
Et cette beauté insolente qu’aujourd’hui baisent tous ces hommes,
Y répandant leur laiteux nectar jusqu’à  même dans ton rectum,
Finira un jour, comme elle le mérite, dans un vulgaire tas de cendres.

Partageons
20
0

There are 0 comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *