X
Autre, Cote divoire, Société

BOSTON, VILLE OBSCURE (poème par Hampath)

18 décembre 2013 0

Le bon bacrôman préfère galère à  foutaise.
Chez nous, il n’y a pas luck de finir obèse
Chaque jour la faim souffle sur la braise
Donc pour chaque occasion on se met à  l’aise.

Et « jeux de lumières » peut devenir jour de fête
Parce qu’en nouci on ne dit pas « je regrette « .
Mais le off est venu d’un frou-frou loin d’Abobo
Un gbonhi de morts, bruits et discours, puis…zéro !

On a mis nos cœurs dans glace, nos morts en terre
Sans maudire aucun des guerriers de la lumière
Qui aujourd’hui n’ont même pas sciencer au D.R.
Occupés à  remplir le Plateau de nouveaux luminaires.

Donc nous aussi on va préparer nos gbaka-convoi
À guichet plus fermé que les matchs de Drogba.
Les choco seront kabako de notre « one gamme« 
Les malos, eux, vont prier pour un autre drame.

Nous, on fait rien avec vous, on est trop serein
Parce qu’on ne peut pas systèmer son destin
Et même quand notre warren fait accident matin
Le soir on cherche la monnaie pour l’emprunter demain.

-Boston : un des nombreux surnoms d’Abobo, 
-Bacrôman : Enfants de la rue, par extension enfants de familles démunies
-Luck : Chance
-Froufrou : situation confuse
-Gbonhi : Groupe, masse de personne
-Sciencer : Penser
-Gbaka : Mini cars assurant le transport en commun
-Choco : Enfants de familles huppées
-Malo : Malhonnêtes
-Kabako : àŠtre étonné
-One-gamme : Borné
-Systèmer : Tromper, contourner
-Warren : taxis communaux

Partageons
20
0

There are 0 comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *