X
11 avril (par Eugenio)
Cote divoire, Société

11 avril (par Eugenio)

12 avril 2017 0

Et ces mots qui s’empilent
Sur le dos d’une histoire fragile,
Ces jours qui volent vite, filent
Quand le temps, lui, se fige pile
À l’heure même du drame qu’ils

-Les vaincus comme ceux qui jubilent-
Ont fait éclore et briller pendant qu’ils
-Mettez-y : fougueux et armées de débiles-

Pressaient le pas inexorable vers le fournil,
Afin d’y servir de pâte que l’on gaspille.
Il en tomba donc trois mille !
Mais n’en voulons pas qu’aux fusils
Certains, à l’imagination fertile

Sont mort ailleurs, là-bas, en exil
Et loin de ceux qui pourrissent ici, à l’asile
Où s’entassent fous et déçus de toute la ville,

Ceux qui attendent patiemment que tout reparte en vrille…

Partageons
20
1

There are 0 comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Ne sois pas méchant. Partage :)